Une réunion NFP Suisse s’annonce ….

Cher Monsieur

On est clairement entré dans le combat des coqs où chacun pense détenir la vérité. Nous ne la détenons pas contrairement à vous; simplement nous avons une expérience de 15 ans, le meilleur système d’observation, des conseillères, des manuels, etc. ce que vous dénigrez. C’est vous qui dénigrez notre travail – irrespect total – en me donnant en plus des leçons naïfs de morale: De mon côté je ne dénigre pas les médecins mais je leur demande de s’exprimer clairement sur la symptothermie (Drsse Wunder)! J’accuse la santé publique, mais l’éducation sexuelle commence à se mettre de notre côté: on a le droit d’accuser les gens qui diffusent des bêtises. Dénigrer c’est grave, mais c’est vous qui le faites à notre endroit.

sympto était dans un processus d’autodestruction? Comment cela se fait que nous soyons les seuls à progresser dans ce domaine, avec une augmentation du chiffre, comparé à Rötzer, sensiplan, CLER, avifa, etc. qui eux tous reculent? Vous prétendez des choses sans les connaître et qui sont simplement fausses. C’est de la malhonnêteté intellectuelle.

Aussi longtemps que vous ne nous répondez pas à mes questions, vous n’avez pas les informations nécessaires. Avec votre silence à l’égard de mes questions vous prouvez que vous n’y connaissez pas encore grand chose à la problématique.

Néanmoins je vous souhaite cordialement une bonne préparation à cette conférence sur la symptothermie à laquelle je serais admis avec votre muselière, juste pour vous financer l’événement.

Encore une fois je vous souhaite bonne chance pour réunir un groupe de travail et pour présenter un projet d’événementiel!
Sans doute vous savez faire cela mieux que moi!

Oui espérons que cela évolue du côté des médecins, de Swissmedic et du côté de votre ignorance.

Meilleures salutations


Dr. Harri Wettstein
Secretary of SymptoTherm Foundation
Sécheron 8 – 1132 Lully VD
Switzerland
phone +41 21 802 44 18 fax +41 21 802 37 35
skype: sympto.ch
sites: http://www.sympto.org, http://www.symptotherm.ch, Symptos.ch &
harri-wettstein.de

Le 08.05.16 à 13:18, F a écrit :
>
> Bonjour M. Wettstein
>
> Je ne sens pas une ambiance constructive, positive et rassembleure.
>
> Votre intervention à la télévision avant-hier: encore une fois, au lieu de propaguer les avantages de l’application que vous avez développé – et que je trouve très bien et adaptée au contexte d’ici (ce qui n’est naturellement pas le cas de ‘maternité désirée’ que j’ai exprès construit en Afrique pour l’Afrique) – donc au lieu d’un message positif, encourageant, qui donne de l’espoir, qui montre le chemin à suivre pour plus de santé, de bien-être etc., vous avez à nouveau choisi d’utiliser les quelques secondes à la télé pour critiquer autre chose.
>
> Pour moi ça suffit. Je ne souhaite pas collaborer avec une personne qui n’arrive pas à sortir d’un cercle vicieux d’attaques, de dénigration, finalement: d’auto-destruction! Ca nuit au mouvement PFN, dont le monde – occidentale et ailleurs – a urgemment besoin.
>
> Si je – ensemble avec 2 à 5 personnes – réussit de monter une conférence nationale ou internationale sur le PFN (qui pourrait réunir une centaine de personnes, scientifiques et utilisateurs), votre groupe pourra volontiers présenter et vendre dans un stand commercial (payant) votre application. Mais je le dis déjà maintenant: Si jusque là vous ne changer pas radicalement d’attitude – agir pour qqchose et non-pas contre – j’insisterais auprès du groupe préparatoire que la parole ne vous soit pas accordée, ni en plénière, ni lors de séminaire ateliers, ni envers les médias.
>
> Merci, de prendre bonne note de ceci.
>
> En outre, je ne suis plus disponible pour vous donner mes appréciations et conseils, puisque j’ai l’impression que c’est peine perdue.
>
> En espérant que d’ici là ça évolue je vous souhaite tout de bon.
>
> F
>
>
>
> Am 07.05.2016 um 18:16 schrieb Harri Wettstein:
>> Bonjour Monsieur ,
>>
>> Je vous remercie du temps que vous avez consacré pour formuler vos remarques sur notre blog et de nous l’avoir transmis par courrier ordinaire.
>>
>> J’en ai déjà discuté avec Christine Bourgeois, la Présidente, et je montrerai vos suggestions aussi à Pryska début juin, auteure du blog et conseillère sympto, quand elle sera parmi nous. Nous trouvons admirable qu’une personnalité comme vous souhaite faire connaître aux femmes leur cycle! Mais comment entendez-vous vous y prendre en Europe?
>>
>> Dans votre article Echomagazine vous dites: « …les femmes peuvent connaître le moment de leur ovulation et donc les jours où elles les sont fertiles. Soit cinq à six jours par mois sachant que l’ovule ne vit que vingt-quatre heures, mais que les spermatozoïdes peuvent survivre jusqu’à cinq jours. » Je suppose que c’est la journaliste qui vous a fait cette explication très approximative et sommaire.
>>
>> Ici en Europe, ce genre d’approximations sont délétères pour la propagation de la méthode. Comment vous situez-vous par rapport à la symptothermie? Quel est le langage symptothermique que vous préférez? Car, justement, tous ne se valent pas et ne sont plus digne d’être enseignés. Et quel langage vous paraît le plus évolué et prometteur?
>>
>> Est-ce que vous avez lu notre manuel La Symptothermie complète?
>>
>> Il me semble vous avoir suggéré que pour apprécier notre travail, vous auriez intérêt à trouver une femme dans votre entourage qui s’observe avec sympto. Ainsi vous pourriez mieux savoir comment un didacticiel – pas un dispositif médical – tel que sympto fonctionne au propre, cette distinction étant capitale, mais j’ai l’impression que vous ne l’avez pas encore cernée (au vu de vos commentaires). De même, entre interpréter de tête et travailler sur du papier d’une part et avoir l’aide d’une interprétation précise (pour des observations correctes) de l’autre, comme sur sympto, ce sont deux mondes dont on ne peut pas faire l’amalgame. Tout cela vous le trouverez bien détaillé et expliqué dans le manuel. Si pour vous c’est du pareil au même, il faut nous le dire avec des arguments à l’appui.
>>
>> Est-ce que vous avez un plan d’action personnel ? Créer une réunion des quelques 12 personnes suisses qui s’y connaissent, ne suffit ni pour intéresser les médias ni les médecins. On vient d’avoir un petit reportage dans le Téléjournal RTS hier soir qui montre que l’intérêt pour la symptothermie est largement sous-estimé par les médias. On a placé notre étude sur les application (qui ne semble pas vous intéresser) dans une revue médicale: on fait quand même notre travail. Quel est donc votre engagement symptothermique en dehors de l’Afrique?
>>
>> Je vous saurai gré de bien pouvoir comprendre vos intentions en la matière et de répondre à mes interrogations. Sans cela nous risquons de ne pas nous comprendre.
>>
>>
>> Bien cordialement vôtre
>>
>> —
>> Dr. Harri Wettstein
>> Secretary of SymptoTherm Foundation
>> Sécheron 8 – 1132 Lully VD
>> Switzerland
>> phone +41 21 802 44 18 fax +41 21 802 37 35
>> skype: sympto.ch
>> sites: http://www.sympto.org, http://www.symptotherm.ch, Symptos.ch &
>> harri-wettstein.de
>>
>>
>>
>>
>>
>>
>> Le 28.04.16 à 17:15, Harri Wettstein a écrit :
>>>
>>> PS: Voici encore un début d’échange comme j’en ai eu des centaines ces 15 dernières années dont quelques rares tentatives ont quand même abouti, celui-ci pas encore:
>>>
>>> Chère Madame (c’est Magali Jenny qui a publié un livre sur les guérisseurs en Suisse romande)
>>>
>>> Nous nous sommes rencontrés lors de votre exposé dans le cadre de connaissance 3 ici à Morges que j’ai beaucoup apprécié. J’espère que vous êtes encore bien rentrée, malgré la neige et la crève!
>>>
>>> J’ai fait mon doctorat en SSP ici à l’UNIL et, voici une année, je me suis adressé à cette faculté pour suggérer un travail de recherche/mémoire etc. à propos du discours des femmes sur leur cycle. Pour l’instant, nous n’avons discuté qu’avec une femme qui faisait son master en théorie du genre, il va falloir que je les relance.
>>>
>>> Mais vous, que diriez-vous d’un travail sur ce sujet?
>>>
>>> On a eu les monologues du vagin (c’est une pièce de théâtre), mais le discours féminin sur le cycle féminin reste inconnu. Que ce silence cache-t-il?
>>>
>>> Je me préoccupe depuis 2000 du début de la vie en ma qualité de secrétaire de la Fondation SymtpoTherm à Lully VD, initiateur du site sympto.org.
>>>
>>> Du point de vue technique et médical, nous avons fait notre travail en tant que développeur d’applications destinées à la contraception naturelle, sur Smartphone et internet. Contrairement à Avifa, une antenne du CLER (catho) à Paris, nous avons innové un maximum pour proposer aux femmes une véritable alternative, sans idéologiser ou théologiser l’apprentissage (ce que fait avifa). Nous pouvons garantir ce type de contraception si la cliente a été accompagnée par une conseillère pendant six mois: cela paraît incroyable, voire pas sérieux, mais nous n’avons jamais eu de problèmes avec cette garantie: les peurs de la majorité, mais aussi la désinvolture d’une grande minorité des femmes par rapport à leur contraception, reste un fait mystérieux.
>>>
>>> Il y a donc toute une série de réactions assez inédites et contradictoires sur notre site (où les femmes s’expriment avec leurs conseillères) que j’essaie de comprendre et qui ne collent pas au discours féministe que j’entends autour de moi. « Nos femmes » ne sont pas celles décrites par les médias et les sciences humaines: elles sont comme une espèce cachée de notre société, encore à découvrir, entre autres sur notre page FB symptothermie. En Suisse, elles doivent être quelques 10es de milliers, elles ne sont pas forcément toutes chez nous et utilisent aussi d’autres « méthodes naturelles », pas forcément recommandables.
>>>
>>> Autre paradoxe: la symptothermie (manuelle) a été développée par des médecins catholiques dans les années 60 – 80 du siècle passée. L’Église catholique est la seule spiritualité à s’être intéressée de près aux cycle féminin. On serait donc là dans l’histoire des religions! Je ne comprends pas pourquoi Avifa/CLER n’ont quasiment rien fait pour moderniser leur méthode, pour la faire connaître au grand public, pour trouver une approche didactique et pédagogique ouverte à tout le monde (pas seulement réservée à des catholiques très traditionalistes).
>>>
>>> Depuis 2014 nous avons aussi un blog.sympto.org qui donne le pouls de nos activités. Actuellement nous sommes dans la collimateur de Swissmedic qui voudrait nous soumettre à leur diktat en nous catégorisant comme dispositif médical: un article intéressant à ce sujet se trouve sur notre blog.
>>>
>>> Est-ce que nous pourrions nous rencontrer pour que vous explique un peu plus en détail la problématique?
>>>
>>> Au plaisir de vous lire, je vos adresse, chère Madame, mes salutations cordiales
>>>
>>>
>>>
>>> Le 27.04.16 à 13:55, Felix Küchler a écrit :
>>>>
>>>> Bonjour
>>>>
>>>> j’ai regardé une partie du blog, comme vous l’avez demandé;
>>>> si mes remarques vous intéressent, je vous les envoie
>>>>
>>>> meilleures salutations
>>>>
>>>> —
>>>> F
>>> Bonjour
>>>
>>> Bien entendu vos remarques m’intéressent !
>>>
>>> Bien à vous
>>> —
>>> Dr. Harri Wettstein
>>> Secretary of SymptoTherm Foundation

Gina describes the anglos-saxon situation in a superbe way

Hi R, My name is Gina, I am one of the counselors with sympto. Harri and the sympto team would like to thank you for your appreciative feedback! The way you approached selecting your app for the purpose of fertility awareness is spot-on, we wish all women would make their choice after such educated deliberation and research. As it stands, and you are correct, app users place a disproportionate importance on appearance or highly individual features that do not enhance effectiveness. This puts into question the success of the method unduly. It is our vision to spread the knowledge about the effectiveness of the symptothermal method so that women can live healthier lives without the burden of contraceptive side-effects. I personally especially agree with you on the point of this method bringing us closer together with our partners; I wish more women knew that often their form of birth control keeps them from communicating with their spouses or boyfriends. Thanks again for taking the time to share with us your journey and observations, you are an inspiration to us!! If you are interested in posting your charts for sharing on FAM forums we would offer you a Margaret package at a reduced rate. This would also allow you to communicate with us any questions you may have concerning, but not limited to, your own journey to symptothermal proficiency. Message us if you would like to do that. I would love to look over your charts with you whenever you might have any question. Symptothermal is best learnt over time as real-life challenges throw you a curve ball. Each time you deal with one, you gain advantage for your future cycle understanding and interpretation. The app should display the country to entered when you completed your parameters in your web account. Let us know if there is a problem with it. As far as your luteal phase goes, yes, it definitely can lengthen over time depending on overall health and, as you mention yourself, time elapsed since cessation of HBC. Just keep at it! You are going to be a pro here right away!😉 Warm Regards, Gina The sympto-Team, Canadian Side

Et rebelote avec les vieux préjugés au printemps 2016!

Dans un article de Femina, on cite la doctoresse du CHUV

Pour la doctoresse R: «Ces méthodes, notamment celles dites «sympto­thermiques», qui associent l’observation de la température, des sécrétions et de divers signes tels que douleurs abdominales ou tension des seins à une autopalpation du col de l’utérus, peuvent être très efficaces: jusqu’à 80 à 98%.

Faux, jusqu’à 99.6 %

Cependant, elles sont intéressantes pour une niche de femmes très impliquées

faux: toutes les femmes ont droit de savoir comment fonctionnent leur cycle. « Très impliquées » veut dire que les femmes sont trop bêtes pour apprendre à nager?

, très au fait du fonctionnement de leur corps, dotées de cycles réguliers

ARCHIFAUX: cette méthode n’a pas besoin de cycle réguliers.

et prêtes à se lancer dans une approche, une attention à soi quand même très contraignantes.

Dernier coup de grâce pour dissuader les femmes…

Qui impliquent aussi de pouvoir compter sur la complicité du partenaire.

Cela pourrait être un plus, non, pour le couple

Dans tous les cas, je conseille un délai d’observation d’au moins trois à six cycles en utilisant un autre moyen de contraception avant d’être sûre de pouvoir opter en confiance pour ces méthodes.»

Du n’importe quoi!

Les médias français n’ont toujours pas compris

Bonsoir N,

Merci de votre message, j’allais aussi rebondir à cause d’un malentendu grave:

sympto.org n’est pas comparable à un Lady comp qui a intégré un logiciel caché des années 80 dans un dispositif médical: Sur sympto.org, qui est un dispositif didactique, non commercial, vous trouvez une amélioration substantielle de la méthode symptothermique classique, les détails sont tous bien expliqués dans notre manuel La Symptothermie complète, disponible gratuitement sur notre site. Tout est transparent, l’accès au site est gratuit avec les applications téléphoniques, la femme a tout gratuitement, mais si elle veut notre garantie de contraception (qui sauf nous peut garantie la contraception, de plus naturelle?), elle a besoin d’un apprentissage qui coûte un prix symbolique.

Votre journaliste n’a absolument pas approfondi son sujet ni la symptothermie: les spécialistes mondiaux de la méthode, c’est nous et non pas les médecins comme je vous l’ai expliqué longuement au téléphone et ce qui est confirmé aussi sur notre blog.sympto.org. Pourquoi vous ne nous confrontez pas à vos spécialistes? Vous leur donnez la parole, mais pas à nous (et pourtant on était des très bon clients). Là, on aurait un dialogue véridique et honnête.

Pour pouvoir choisir en connaissance de cause, les femmes ont besoin des informations plus développées sur les applications qui inondent les Smartphones et qui les polluent de fausses informations! Tout le reste c’est du pipeau, du ressassé, du pas sérieux, c’est d’autant plus étonnant que la presse est toujours soucieuse de présenter une nouveauté. sympto n’est pas la seule « vraie » alternative, bien entendu, mais c’est de loin la plus efficace, même avec une contraception garantie.

Et cela ne vous interpelle pas? Ce n’est pas digne d’être développé maintenant? Il faut que les femmes se réveillent et c’est bien le rôle de la presse de le faire. C’est comme les Panama papers!

Bien cordialement


Dr. Harri Wettstein
Secretary of SymptoTherm Foundation
Sécheron 8 – 1132 Lully VD
Switzerland
phone +41 21 802 44 18 fax +41 21 802 37 35
skype: sympto.ch
sites: http://www.sympto.org, http://www.symptotherm.ch, Symptos.ch &
harri-wettstein.de

Le 28.04.16 à 18:41, Nathalie Gourevitch a écrit :
>
> Bonsoir Harri,
>
> Je ne peux vous donner l’accès au blog de notre journaliste Roxane car celui-ci est privé et réservé aux femmes.
>
> Vous pouvez la joindre chez FemininBio si vous le souhaitez mais je vous confirme qu’elle ne compte pas modifier son article.
> Comme je vous l’ai dit, elle a mené de nombreuses recherches et interrogé maintes spécialistes renommés, hommes et femmes confondus, qui dénoncent les non-dits des effets secondaires de la pilule. Même si vous considérez que la symptothermie est LA seule vraie alternative fiable et naturelle, nous estimons que nos lectrices ont le droit de réfléchir à ce qui leur correspond le mieux.
>
> Si vous souhaitez mettre en avant la symptothermie et leur faire connaître vos arguments, je vous en donne l’opportunité.
>
> Je trouve par ailleurs dommage que vous vous en preniez à nous alors que nous cherchons justement à abonder dans votre sens. Le message est certes différents, mais la finalité est la même.
>
> Restant à votre disposition, je vous souhaite une excellente fin de journée.
>
>

Bonjour Madame

Oui je me souviens très bien, on a dépensé beaucoup d’argent dans plusieurs campagnes mais qui étaient toutes un pet dans l’eau!

Je me réjouis de lire que vous publierez un article sur les méfaits de la pilule. Ce qui est inadmissible, mais alors totalement inadmissible, est que cet article ne présente pas in extenso la symptothermie, manuelle ou électronique: ne me parlez pas des indices combinés, c’est une vielle méthode symptothermique, light et pas fiable, il faudrait parler de ce qu’il y a de plus performant: sympto. Ne parlez surtout pas de Ladycomp, une technologie des années 80 se limitant aux températures, vielle méthode des température rigide et aléatoire qui refait surface avec les applications téléphoniques: ce n’est pas du tout une alternative par rapport à la pilule et co. Désolé de vous dire cela puisque nous avions longuement discuté par téléphone toute cette problématique que vous devriez connaître. Par ailleurs, c’est totalement inadmissible pour une revue écologique comme la vôtre de ne pas présenter correctement les bonnes alternatives en mettant en garde la lectrice des fausses alternatives.

Je vous envoie une copie d’un article publié dans une revue médicale (donc qui nous donne de l’autorité, nous sommes les seuls pour l’instant) et dans un journal romand sur notre étude comparative par rapport aux foisonnement des applications. C’est sur ce terrain-là que la discussion se joue par rapport aux alternatives!

L’enjeu est là, comme vous le savez pertinemment: toutes les femmes, mêmes sous pilule, s’amusent avec des gadgets que sont la plupart des appli sur la fertilité, sans avoir la moindre idée comment leur cycle fonctionne correctement.

Si vous pouvez nous garantir que vous parlerez correctement de sympto et de l’étude 2014 sur les applications et nous montrer votre texte, je pourrais éventuellement entrer en négociation avec vous, mais pas sans avoir l’avis de notre spécialiste en comm qui nous lit en copie et que vous connaissez.

Bien cordialement
Vôtre


Dr. Harri Wettstein
Secretary of SymptoTherm Foundation
Sécheron 8 – 1132 Lully VD
Switzerland
phone +41 21 802 44 18 fax +41 21 802 37 35
skype: sympto.ch
sites: http://www.sympto.org, http://www.symptotherm.ch, Symptos.ch &
harri-wettstein.de

Le 27.04.16 à 18:26, Na écrit :
> Bonjour Harri,
>
> Cela fait un moment que nous n’avons pas échangé et j’espère que vous vous portez au mieux.
>
> Je ne sais pas si vous êtes courant mais depuis septembre 2015, FemininBio a lancé son magazine print bimestriel.
> Distribué à 40 000 exemplaires en France et dans les pays francophones, il est également disponible dans sa version numérique (voir kit media ci-joint)
>
> Nous allons prochainement publier un article choc sur les dangers de la pilule dans notre magazine de juin/juillet et je pense qu’il s’agit là d’une très belle occasion de faire connaître la sympto-thermie à nos lectrices. Vous me parliez souvent de vouloir créer le « buzz », je pense que les vérités ici dévoilées pousseront plus d’une femmes à rechercher des alternatives…
>
> « L’HAS (Haute Autorité de la Santé) est d’ailleurs formelle quant à l’importance de fournir aux femmes une information claire sur les effets indésirables et les précautions d’emploi des dites CHC (Contraceptions Hormonales Combinées), composées d’un œstrogène et d’un progestatif. Cette liste non exhaustive, la voici : perturbation de la libido naturelle, dépression immunitaire chronique, phénomènes allergiques, candidose, accidents vasculaires cérébraux, anxiété, insomnies, difficultés de concentration, troubles cutanés, risques de virilisation, tensions mammaires, maux de tête ou céphalées, hypercholestérolémie, hypertension artérielle, rétention d’eau… »
>
> « Vous êtes sans doute déjà en train d’énumérer dans votre tête toutes les alternatives possibles et envisageables mais là encore, prudence. »
>
> « Mais alors, comment éviter les hormones ? Pas de panique, de nombreuses alternatives « mécaniques » et naturelles s’offrent à vous. C’est le cas du préservatif masculin, du DIU au cuivre, du diaphragme et de la cape cervicale, auxquelles s’ajoutent des méthodes comme la sympto-thermie ou « indices combinés » et le « Lady Comp ». »
>
> La magazine paraîtra le 26 mai et les éléments de la campagne devront être livrés le 6 mai au plus tard.
>
> Compte-tenu des délais, je peux vous proposer le sponsoring de cet article à un tarif préférentiel de 1 500€ au lieu de 5 000€ la page.
>
> Qu’en pensez-vous ?
>
> Au plaisir de vous lire, je vous souhaite une excellente fin de journée.

Etat des lieux avec les médias romands avril 2016

Votre émission:

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/on-en-parle/7638667-on-en-parle-du-25-04-2016.html

Chère Madame

C’est quand même très dommage de ne pas nous contacter directement, nous, la Fondation symptotherm.ch, ici à Lully VD, qui a développé les premières applications pour la contraception naturelle/écologique, déjà en 2006! Profa parle de sympto, donc elle se réfère directement à nos applis sympto.org (internet, Smartphones) mais sans nous citer! Ces applications peuvent être utilisées par toutes les femmes dans toutes les circonstances, contrairement à ce qu’affirme Mme W. de Profa Vevey. Son information est très incomplète et biaisée à ce sujet; de plus, votre émission passe un temps fou toujours sur les mêmes contraceptions classiques hormonales que tout le monde connaît. On sait que la pilule ce n’est pas le top pour la santé et que le stérilet en cuivre ce n’est pas la solution non plus, mais les médias ont une trouille énorme quand il s’agit de présenter la véritable alternative, la symptothermie! Pas celle expliquée par Evelyne Moreillon, sage femme, qui persiste à enseigner une vieille méthode symptothermique française des années 80, sur papier et avec le crayon. Que cette méthode ait été sensiblement améliorée ces 10 dernières années sur Internet et par les applis, cela n’entre pas en ligne de compte, cela « n’a aucun intérêt » (tout comme le cycle féminin)!

Pourquoi?

Par un hasard des circonstances, une de vos collègues de la RTS (en copie) vient de faire un minuscule reportage sur nos conseillères: 2 minutes! C’est déjà une révolution car chaque fois que nous approchons la RTS par nos soins, on nous répond qu’on « reprendra contact avec nous », ce qui n’a jamais été fait ces 15 dernières années: Mme Chery,nous a trouvé en cherchant les alternatives sur la contraception hormonale; elle n’a rien trouvé dans les archives de la RTS! C’est quand même le comble? Je suppose que son émission est pour ces prochains jours et je serais heureux si vous pouviez la regarder.

La presse a aussi une trouille incompréhensible de nous, mais on a tout de même une référence intéressante par le biais d’un grand article 24h (annexe).

Est-ce que vous pourriez une fois creuser ce bazard de ces applications portant sur la fertilité féminine? Toutes les femmes en ont une ou plusieurs (si, si) sur leur smartphone mais sans savoir exactement sur quels principes elles se basent. Les quelques applications symptothermiques, les seules à pouvoir être utilisées pour la contraception naturelle/écologique, les seules à prendre en considération pour une alternative à la contraception hormonale, se trouvent complètement noyées dans toute une désinformation provoquées par des applis bidons mais apparemment très bien alléchantes et qui, curieusement, obtiennent une écoute auprès des médias. Elles se présentent comme start ups et les médias mordent! Nous aussi, nous sommes une start up, vaudoise, et internationale! Ces applis à la mode sont des gadget qui infantilisent les femmes et qui replonge l’éducation sexuelle dans un moyen âge Ogino obscure.

Avec le soutien de l’EPFL, nous avons fait une étude sur les applications symptothermiques: c’est là où la véritable éducation sexuelle commence:

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/on-en-parle/7638667-on-en-parle-du-25-04-2016.html

Une présentation a été publiée dans un journal gynécologique suisse info@gynäkologie, que vous trouverez aussi sur le site. Les médecins sont donc informés et ils nous reconnaissent officiellement. Mais cela ne suffit pas!

Car dans la pratique actuelle ce n’est de loin pas gagné avec les médecins qui ne connaissent pas la méthode, pourtant très scientifique et développée à l’origine par des chercheurs en médecine (mais pas enseignée à la faculté), et qui passent leurs consultations à dénigrer « les méthodes naturelles » (lesquelles?) auprès des femmes dans l’irrespect le plus total de consentement éclairé de la patiente.

Je crois qu’il y aurait assez de matière pour faire une enquête enfin sérieuse sur ce sujet: vous ne trouvez pas?

Je vous remercie de votre attention que vous porterez à ces lignes et vous salue

Bien cordialement

Dr. Harri Wettstein

blog.sympto.org

Intelligent UK-woman: we should have more of them!

Question 2016-04-23 11:21:06 Hello Gina Thanks for all of that. I’ve read the premenopause section – but agree, for now, I’ll continue in companion mode and get a picture of my cycles over at least 6 months before making a decisions to switch. I find the charting of my fluid/elixir observations quite difficult, because my fluids don’t entirely match the descriptions on sympto. Of course all women are different, so again, I suspect it’s about learning what’s normal for me, and then finding a correlation with the symbols on Sympto which I can then use consistently. ??? I can’t think of anything specific which would have caused the unusual temperature rise on day 13. I am a habitual insomniac and often have a very disturbed sleep, waking many times in the night, so that’s normal for me! I am having a very very busy month with work and am very tired and pretty stressed consequently, this may be a factor in this cycle. I’m also in the first month of a new sexual relationship after nearly 2 years of abstinence, so it may be that my body is getting used to this and this is affecting me hormonally too. I shall continue to take temperature readings and register my fluid and see what happens! But am hoping now I’ve had a peak day that I’ll see the temperature rise soon. Very best wishes (When does my 15 days end?)

W

Une débutante modèle!

On lui souhaite pleines de découvertes sur sympto!

Bonjour,
Je viens de démarrer mon premier cycle sur sympto, en même temps que j’arrête la pilule que je prenais depuis environ 10 ans. J’ai démarré mardi par le début de mes règles puis ai pris ma première température ce matin. Cela va être amusant de s’observer ainsi ! Si j’ai bien compris il est encore bien trop tôt pour pouvoir prédire la fenêtre de fertilité, nous allons donc utiliser des préservatifs pour le moment. Nous envisageons d’avoir un enfant prochainement, mais ce n’est encore le moment…
J’ai parcouru le manuel et vais essayer de faire mes premières observations de l' »elixir » dès qu’il apparaitra.
Je n’ai pas de questions précises pour le moment mais suis preneuse de tout conseil pour une débutante venant d’arêter la pilule !
Cordialement,
A