Comment les femmes veulent démolir sympto : plus pervers tu meurs

Ici un échange qui montre à quel point la campagne de V contre moi est dévastateur: en introduction je souhaite rappeler quelques faits.

Déjà l’année passée quand P s’est fait démolir sur notre groupe FB symptothermie, devenue sectaire, j’ai essayé de raisonner ces furies, ces harpies en leur demandant de faire connaître sympto chez les médecins et les médias etc. plutôt que de démolir sympto quand elles on un désaccord entre elles. Comme personne ne s’intéresse vraiment au cycle féminin, inutile de se quereller au sein de sympto, personne ne nous remarque, c’est de l’auto-destruction pure et dure sans aucun effet médiatique.

En réponse à mon appel de faire connaître sympto à l’extérieur des groupes FB, V n’a pas su faire mieux que d’essayer de décapiter tout le monde sur sympto, moi, compris, et comme cela ne marchait pas, V claque la porte et essaie de démolir sympto en public tout en répandant la rumeur que c’est moi la cause (évidemment!); je reçois en retour des attaques de femmes qui prétendent haut et fort que c’est moi qui détruit sympto… l’épisode dévastateur de V et consorts a montré que ce sont justement certaines femmes, incapables de faire connaître la sympto dans la société (tout comme V aussi) qui s’en prennent à moi comme bouc émissaire et qui détruisent sympto, surtout quand elles trouvent des raisons futiles pour « montrer » que le didacticiel ne marchait pas, pour proposer la méthode manuelle comme la seule sûre…. nous y sommes, bienvenue dans le monde des sectaires! la dernière harpie prétend même que la didacticiel qu’elle critique serait quand même bien mais c’est moi qui suis nul….

Donc, plutôt que de faire un test honnête sur la sympto PLUS à la suite d’une problème, elle invente un bug pour crier haut et fort sur les réseaux que le didacticiel n’est pas fiable…


De : Harry Wettstein info@symptotherm.ch À : J Date : vendredi, 02 novembre 2018, 05:00PM +01:00 Objet : Re[2]: Re[2]: Bug cyclo en cours. Ma réponse n’a plus reçu de commentaires….

Vous voulez devenir membre du conseil de fondation ? Moi je passe volontiers la main mais l’équipe précédente s’est lamentablement dégonflée. Le problème est de trouver des femmes qui n’ont pas froid aux yeux et arrêtez de grâce de m’insulter.
H


, 02 novembre 2018, 04:05PM +01:00 de J:

Bonjour,

Le seul qui démolit votre travail, c’est vous-même, par votre attitude odieuse et dégradante auprès des femmes que vous souhaitez prétendument libérer… J’en viens même à me demander si vous agissez réellement pour les femmes ou si vous n’agissez que pour gonfler votre égo… Car votre comportement vous met au même niveau que certains médecins qui nous infantilisent avec des jugements méprisants et des injonctions à subir tel ou tel protocole parce que leur titre de « Dr » leur donne l’illusion d’être tous puissants…

Et ne croyez pas que je me sois laissée influencer par les « rumeurs » qui courent actuellement car cela fait bien longtemps que j’ai pu observer par moi-même votre manque de savoir-être !

Ce qui est comique, c’est de voir que vous ne tirez toujours pas de leçon du nombre d’accrochages que vous avez eu avec les utilisatrices et conseillères sympto… Comme on dit « il n’y a pas plus con que celui qui voit des cons partout ».

J’espère sincèrement, pour le futur de la symptothermie, que vous passerez la main rapidement et définitivement car vous ne rendez pas service à l’expansion de cette méthode.

Cordialement,

J

Le jeu. 1 nov. 2018 à 23:21, Harry Wettstein a écrit :

Bonsoir
Je vous signale simplement que votre cas est unique en 10 ans et il y a dû avoir un problème de la sympto plus. Avec l’accès premium vous auriez dû me le signaler tout de suite pour pouvoir faire des recherches. Mais j’ai bien senti que vous cherchez à démolir notre travail parce des femmes diffusent des rumeurs absurdes et délétères à propos de notre travail pour une cause féminine universelle qui ne semble pas vous concerner.
Manque d’humilité : quel homme a fait autant pour les femmes ces 10 dernières années?? Humilité oui mais pas être humilié par des femmes comme vous qui ne font toujours pas connaître la symptothermie dans la société. C’est cela le problème de base. Et ce n’est pas avec l’approche manuelle que vous allez convaincre les novices…
Bonne soirée
Harri


, 01 novembre 2018, 06:33PM +01:00 de J

Je sais parfaitement que je n’ai fait AUCUNE mauvaise manipulation. Rentrer sur 3 jours différents pour aller supprimer, ajouter ou modifier l’ensemble des données (règles, RS, élixir, col, ressenti, heure et valeur de la température) faudrait le faire pour que ce soit « une erreur de manipulation » !

Et l’anomalie est apparue d’abord sur l’accès PREMIUM et c’est uniquement quand j’ai lancé une synchronisation manuelle sur mon appli mobile que ces mauvaises observations se sont mises sur l’appli également…

Le problème le plus flagrant est votre manque d’humilité… Sachez que je travaille dans le domaine des applications web et mobile. C’est mon métier de gérer les dysfonctionnements sur ces outils QUOTIDIENNEMENT et ce n’est pas parce que je ne parviens pas à reproduire une anomalie que je remets en question la parole d’un utilisateur, quand bien même le dysfonctionnement serait isolé…

Donc que vous soyez choqué m’importe peu, moi ce sont vos réponses qui me choquent… Plutôt que d’essayer de creuser l’anomalie pour faire en sorte qu’elle ne puisse pas se reproduire, vous préférez rester sur vos certitudes d’infaillibilité de votre système…

AUCUN système informatique n’est infaillible ! Beaucoup de grandes entreprises avec des moyens logistiques et financiers infiniment plus importantes que les vôtres rencontrent des dysfonctionnements informatiques donc autant vous dire que SYMPTO n’est absolument pas à l’abri des failles et il est dommage que vous soyez incapable de le reconnaître pour continuer à améliorer votre outil.

C’est la raison pour laquelle je ne souhaite plus l’utiliser ni la promouvoir car bien que j’aie apprécié votre outil pendant 1 an et demi, le manque de remise en question de votre part est rédhibitoire et il est hors de question que je mette ma sécurité contraceptive en risque. Les cyclos papier seront certainement moins « académiques » à montrer à un médecin mais un papier et un crayon me paraissent bien plus sûrs à utiliser dorénavant.

Je réitère donc ma demande : merci de supprimer l’ensemble de mes données de vos fichiers comme vous l’impose la loi.

Cordialement,

J

Le jeu. 1 nov. 2018 à 17:20, Harri Wettstein a écrit :

Le didacticiel fonctionne sans faille depuis 10, ce que vous dites est injuste et me choque, la sympto plus standalone a eu quelques problèmes qui ont été tous résolus il y a 1 an mais votre cas est totalement isolé, je suppose qu’il y avait des fausses manipulations ou des problèmes techniques avec votre téléphone. Si vous n’avez pas confiance en la standalone, vous avez toujours eu la possibilité de prendre la sympto TEST sur votre téléphone qui réplique de manière identique le site. On n’a rien contre l’approche manuelle mais pour convaincre les médecins, il faut un cyclogramme propre en ordre et non pas des annotations manuelles souvent très impressionnistes.
H

Le 01.11.18 à 17:10, J
> Oui, j’ai déjà fait des pdf de mes précédentes données.
>
> Je continuerai bien évidemment de promouvoir la méthode symptothermique qui m’a totalement convaincue. Malheureusement, le didacticiel m’a montré ses limites et a donc perdu ma confiance.
>
> Merci d’effectuer la suppression de mes données.
>
> Bonne soirée à vous.
>
> J
>
> Le jeu. 1 nov. 2018 à 16:57, Harry Wettstein a écrit :
>
> Bonsoir
> Merci de votre rapport.
>
> Vos craintes sont totalement infondées. Je vous conseille vivement de faire des pdf de votre travail d’observation magnifique et ensuite vous pouvez supprimer toutes les informations qui sont dans votre compte.
>
> Ensuite seulement j’ai le droit de supprimer définitivement votre compte.
>
> Cela ne doit pas vous empêcher de promouvoir la symptothermie sur sympto.
> Bien à vous
>
> Bonne soirée
> Harri
>
> —
> Envoyé depuis l’application myMail pour Android
> jeudi, 01 novembre 2018, 04:06PM +01:00 de J:
>
> Bonjour,
>
> J’ai désinstallé et réinstallé l’appli et effectivement (sic!!!), j’ai récupéré mes données. Mais ce bug ne me rassure pas pour la suite puisque la résolution n’aurait pu se faire sans que je remette moi-même mes données. Je vais donc passer définitivement au mode papier.
>
> Dans ce cadre, comme le prévoit la loi informatique et liberté, je vous demande la suppression complète de mes données personnelles de vos fichiers (informations du profil, cyclos, messagerie, adresse mail…). Je vous confirme que je renonce à mes 12 derniers jours d’accès premium ainsi qu’à l’application sympto plus.
>
> Cordialement,
>
> J
>
> Le mer. 31 oct. 2018 à 19:13, Harry Wettstein a écrit :
>
> Merci de vos informations. Maintenant effacez pour de bon l’appli et reprenez la à neuf sur Google et vous refaites une synchronisation. Alternativement vous pouvez vous mettre sur la sympto test dans autres offres si le problème de votre appli sympto plus persiste. Montrez moi svp le résultat.
> Bonne soirée
> Harri sympto
>
> —
> Envoyé depuis l’application myMail pour Android
> mercredi, 31 octobre 2018, 06:45PM +01:00 de J:
>
> Re bonjour,
>
> Je viens de faire la manipulation que vous m’avez indiquée : supprimer les informations erronées et ajouter les informations correctes directement via mon accès PREMIUM web puis lancer la synchronisation sur mon application téléphonique.
>
> La synchronisation a fonctionné pour une partie seulement : les températures mais est de nouveau erronée pour les autres observations : règles, élixir et position du col et RS…
>
> Voici la copie d’écran du cyclo correct :
>
> image.png
>
> Et voici celles que j’ai maintenant sur mon appli :
>
> image.png
>
> Merci pour votre aide.
>
> Cordialement,
>
> J
>
> Le mer. 31 oct. 2018 à 01:23, J> a écrit :
>
> Bonsoir,
>
> Je vous ai envoyé un message dimanche via la messagerie sympto mais je n’ai pas reçu de réponse donc je ne sais pas si vous l’avez reçu.
>
> Mon cyclo en cours a bugué dimanche. Il semble avoir été « mixé » avec le cyclo de quelqu’un d’autre puisque mes commentaires et incidents sont les bons mais le reste ne correspond pas aux observations que j’ai rentrées.
>
> Pouvez-vous intervenir svp ?
>
> Merci d’avance.
>
> Cordialement,
>
> J
>

Publicités

Swissmedic

Le recours contre swissmedic ne nous a jamais mis dans l’illégalité.
Actuellement, notre déclaration de certification est chez swissmedic et
nous attendons le résultat: soit swissmedic accepte tout tel quel, soit
ils demandent des compléments d’information et nous les fournirons dans
le plus brefs délais. Pendant ce temps, nous ne sommes pas dans
l’illégalité! Et nous irons jusqu’au bout de cette certification qui se
présente de manière beaucoup plus simple que du temps où j’ai fait le
recours, en 2015!

Les conseillères peuvent donc continuer leur travail sans crainte. Elle
n’ont jamais eu besoin d’une assurance spéciale pour suivre leurs
clientes sur le back-office.

Si vous avez des questions ou des demandes de compléments, écrivez-moi
un mail à info@symptotherm.ch

sympto continue normalement

La Fondation Symptotherm évolue

Après 18 ans de travail inlassable pour cette cause féminine universelle, nous essayons de mettre en place une nouvelle équipe ce qui est très douloureux en ce moment. Le fait d’avoir perdu devant le Tribunal Administration Fédéral contre Swissmedic est censé faire parler de nous. Pour l’instant rien ne sa passe, les médias s’en foutent comme de l’an quarante. Un grand coup d’épée dans l’eau? A voir la semaine prochaine. Mais mes distinctions entre produit médical et dispositif didactique sont essentielles pour comprendre le mécanisme de la Némésis Médicale face à une médecine qui implique davantage le patient comme nous le proposons. Je pourrai publier tout cela ici dans un proche avenir.

Les femmes sur Blackberry exigent que la sympto PLUS marche tout normalement comme sur un android

C’est inimaginable cette attitude ! Je n’en reviens pas!!

Voici l’histoire:
Bonjour Je suis très fâché et très furieux; furieux car la sympto PLUS marche de manière impeccable depuis décembre 2017; très fâché parce que vous ne réagissez pas plus tôt alors que nous avons un service impeccable 24h sur 24. Vote android est très vétuste 4.0.4. Faites déjà une bonne mise à jour. Si votre téléphone ne le supporte pas, je ne vois pas d’autre possibilité que de prendre un accès premium et de transposer tout votre travail de la sympto PLUS sur votre compte premium. C’est le plan b. Si vous arrivez à faire une bonne mise à jour avec une synchro qui marche et qui résout votre problème, on a eu très chaud. Ce que je ne comprends pas: pourquoi les femmes veulent-elles se contenter de la sympto PLUS sur le téléphone qui ne permet pas de générer le cyclogramme entiers. Sans cela comment voulez-vous communiquer avec les autres femmes et les médecins. Et si vous pensez que ce n’est pas nécessaire de faire ce travail, on est cuit!! Vous vous imaginez quoi au juste? Vous ne savez pas que les femmes qui s’observent sont les héroïne de notre époque qui pourront faire changer passablement de choses en s’engageant un tant soit peu. Nous le répétons en longueur de journée: il faut absolument un accès Premium même avec la sympto PLUS sur des téléphones récents car aucune société la meilleure soit elle ne pourra garantir ce qui se passe avec la sympto PLUS sur le téléphone! Sans premium, les femmes nous sapent et nous feront couler, vous comprenez? Cette revendication de la presque gratuité sur sympto.org de la part de certaines femmes nous tue ! Elles ne se rendent pas compte tu travail accompli (a) et du fait que b, sympto.org est de loin le système le plus fiable au monde. Il faudrait qu’elles soient très consciente de cela! Je vois dans la conversation que vous avez un blackberry et qu’il y avait déjà toute une discussion. Je crois que c’est peine perdu et qu’il faut envisager le plan B. Je vous remercie de votre retour et espère que la mise à jour apportera une solution. Cordialement Harri Harri Wettstein, Dr en psy +41 21 802 44 18 Secrétaire de la Fondation SymptoTherm 1132 Lully (VD) – SUISSE

Question 2018-07-10 22:14:54 Bonjour, la synchronisation ne fonctionne plus depuis plusieurs mois avec mon téléphone. J’ai essayé à plusieurs reprises mais en vain. Je suis sur Android, et j’en suis à mon cycle 11, soit 9 cycle non synchroniser 🙂 La première synchronisation à fonctionner mais pas les suivantes…. Avez vous une réponse à mon problème ? Cordialement
Réponse 2017-09-13 12:51:54

Bonjour A si votre copain avait la sympto PLUS sur votre compte ici, cela se verrait. Elle coûte 16 E au bout de 15 jours d’essai pour une durée indéterminée. Or on ne voit rien ici sur le back-office de cette connexion. Je suis absolument dépassé par la problématique technique que vous soulevez ici et vous signale que nous ne pouvons pas vous garantir le fonctionnement de nos applis sur des plateformes qui ne sont pas Google play. Je suis très désolé de ne pas être capable de vous répondre mieux. Merci de votre compréhension Harri

Question 2017-09-12 22:29:00 Bonjour Harri, C’est bien ce qui me semblait pour le blakberry c’est pour ça que j’ai installé sympto plus sur le téléphone de mon copain, la sympto c’est en couple ! (référence du téléphone : https://www.natureetdecouvertes.com/outdoor/hightech-objetsconnectes/telephones-accessoires/smartphone-auwio-mobile-am-x200-53139290). c’est un téléphone avec Android. J’ai installé une première fois et « erreur » puis j’ai désinstaller réinstaller et toujours « erreur ». Est ce qu’au bout de 15jours de période d’essai avec sympto plus et que je devrais payer pour continuer à avoir sympto plus, il y a plus de chance pour que ça fonctionne ?

Réponse 2017-09-12 12:09:59 Bonjour Il fallait nous le dire tout de suite : vous pouvez travailler sur Blackberry en accès premium (payant), on n’a pas d’appli sur ce type de téléphone (en perte de vitesse). Bien à vous Harri

Réponse 2017-09-12 09:46:39 Bonjour A, je vois que tu as des soucis avec ton application malgré les recommandations basiques de désinstaller et réinstaller. Comme Harri te l’a proposé, je t’invite à lui téléphoner, ce sera très certainement plus simple à résoudre de vive voix. J’espère que tout rentrera dans l’ordre au plus vite ! Noémie, équipe Sympto France
Question 2017-09-11 19:29:43 Bonjour, Je ne suis pas adepte des téléphones donc l’Iphone non merci. J’ai un blackberry mais je n’ai pas trouvé comment installer l’appli dessus (si vous savez faire, ça m’intéresse ^^) alors j’ai pris le smartphone de mon copain. Voici la référence : https://www.natureetdecouvertes.com/outdoor/hightech-objetsconnectes/telephones-accessoires/smartphone-auwio-mobile-am-x200-53139290 . J’ai réussi à installé l’appli via google play mais quand je rentre les codes d’accès et je clic sur « connexion » il m’affiche « erreur »… Merci d’avance pour votre aide

Réponse 2017-09-11 12:30:49 Bonjour A Je vous aide volontiers: téléphonez-moi, mais au préalable: est-ce un iphone 4? Dans ce cas, la free ne s’installe pas, il faut mettre à jour votre iphone! Bonne reprise Harri Wettstein, Dr en psy +41 21 802 44 18 Secrétaire de la Fondation SymptoTherm 1132 Lully (VD) – SUISSE

Question 2017-09-09 13:10:35 Bonjour, Je viens de désinstaller l’application et de la remettre, ça ne fonctionne toujours pas !
Réponse 2017-09-09 09:59:51

Bonjour A, Je suis désolée de lire vos difficultés. Peut-être pouvez-vous connecter votre téléphone à un wifi, ce qui permettra de télécharger l’application à nouveau sans puiser dans votre forfait ? L’application et/ou l’accès premium sont une sécurité supplémentaire, mais en attendant que vous puissiez vous offrir cet accès premium ou un suivi avec une conseillère, la solution papier peut être un bon début. J’espère que vous trouverez la solution qui vous convient. Je vous souhaite une bonne journée Aline équipe d’accueil sympto

Question 2017-09-08 22:35:58 Bonjour, Oui ça répond à mes questions sauf que je suis encore étudiante et je n’ai pas beaucoup d’argent … L’appli sur mon smartphone ne fonctionne toujours pas il affiche un message « erreur » dès que je me connecte. Sachant que j’ai du l’installé via google play et que je suis maintenant hors forfait… A part ça tout va bien, je crois que je vais me lancer à la main ça sera plus simple et moins cher. Merci d’avoir répondu à mes questions !

Réponse 2017-09-07 09:23:15 Bonjour A, sympto PLUS concerne uniquement l’application mobile et coute 16 € l’application. Si vous n’êtes pas trop smartphone, vous pouvez dans ce cas prendre un accès premium, pour remplir vos cyclogrammes uniquement depuis un ordinateur. Il existe 2 formules : – l’accès premium pour 6 mois (ou pâquerette) qui coute environ 28 €, – l’accès premium illimité (à vie, ou marguerite) qui coute environ 224 € (plus de détails ici > http://symptos.ch/sympto-unlimited.html ) Sachez aussi que si vous prenez un suivi avec une conseillère, l’accès premium vous est offert le temps du suivi. Par exemple une offre APPRENTISSAGE à 140 € vous donne 6 mois d’accès premium et des conseils + validation de la phase infertile via la messagerie sympto. J’espère que cela répond à votre question ? très bonne journée, à bientôt, Eugénie – équipe d’accueil sympto

Question 2017-09-06 22:24:06 Bonjour, N’étant pas adepte du téléphone est ce que je peux remplir mes cyclogrammes sur internet à vie ? ou faut-il payer le pak « symptoPLUS » ? ou faut il absolument que j’installe l’application sur mon téléphone ? Merci d’avance !

Réponse 2017-09-06 17:48:37 Bonjour A, Bienvenue sur sympto ! Nous vous félicitons de votre intérêt pour la symptothermie et nous confirmons que nous avons bien reçu votre message. L’application Android va bientôt être remplacée par une nouvelle version qui sollutionnera le bug actuel. Souvent il suffit de supprimer et recharger l’application pour que cela fonctionne. Un autre moyen efficace est de commencer par vous connecter sur le site internet sympto.org et d’y accéder au cyclogramme afin d’y rentrer les « 3 gouttes » représentant le début de vos dernières règles. Après les 15 jours gratuits vous pourrez choisir d’utiliser la version gratuite SymptoFree (connexion data nécessaire) ou de payer 16€ et continuer à profiter à vie des avantages de SymptoPlus. http://symptos.ch/offres-gratuites/sympto-iphone.html De plus, afin que vous puissiez bénéficier des 15 jours de conseils offerts, je vous invite à valider les points suivants: a) avoir rempli complètement votre profil mentionnant, le cas échéant, le nombre d’années (début et fin) à hormones synthétiques. Nous vous conseillons de le faire sur le site web sympto.org. Pour accéder à votre compte perso, entrez les mêmes identifiants que pour votre appli (mail, mot de passe). b) avoir consulté le manuel d’apprentissage, La Symptothermie complète, accessible en téléchargement sur sympto.org (imprimez-le ou commandez le en version papier). Cette lecture est idéale pour comprendre le mode d’emploi de Sympto, mais si les 128 pages vous rebutent, nous vous conseillons plutôt le tout nouveau Sympto Basic, notre livret de 34 pages spécial débutantes. Ce nouveau livret est disponible dans notre shop en téléchargement (quelques extraits en consultation libre) à prix doux : 7chf. c) avoir notamment pris note de l’importante FAQ (toujours sur sympto.org) et de ses réponses ainsi que les informations sur la page symptothermie.com (http://symptothermie.com/comment-ca-marche/). Par la suite, n’hésitez pas à revenir vers nous en cas de doute ou de questions. En vous souhaitant de beaux débuts symptothermiques! Christelle Equipe Sympto ************ Notice légale/Disclaimer: sympto est absolument fiable. Est-ce que vous avez vu la page ‘études cliniques’ sur sympto.org où la fiabilité de l’application a été confirmée par une étude américaine (en 2016)? http://www.sympto.org/etude2014_fr.html Mais vos observations sont-elles fiables aussi? Sans la qualité de vos observations, la précision de sympto ne peut pas être garantie. Si vous voulez tester votre qualité et améliorer vos compétences, il vous faut 6 mois de suivi avec une conseillère (ou alors vous entrez 6 anciens cycles manuels ou vos cycles que vous avez enregistrés sur un autre dispositif et nous vous les validons gratuitement). En plus, vous devriez prendre quelques consultations personnelles en direct par Sykpe, téléphone, RDV perso avec votre conseillère attitrée. C’est seulement dans ces conditions que nous pouvons garantir une efficacité maximale de sympto et une contraception écologique optimale.

Question 2017-09-05 20:37:38 Je n’arrive pas à me connecter avec mon smartphone, il m’affiche un message « erreur » ! Combien coute sympto plus après 15 jours ?

Humanae vitae (HV): What has gone wrong in the last 50 years? How can we have a new beginning?

This paper outlines (A) the reasons for the lack of acceptance among Catholics of the basic principles of HV concerning “natural contraception” (in HV’s Roman Catholic terminology: postponing pregnancy). We propose (B) a concrete solution to overcome the resistance, to allow for responsible parenthood, and to implement globally the most viable NFP model: the symptothermy . This is not only for Catholics but for all people, irrespective of religion, and also for the secular population, atheist or not, who have a true ecological concern. The positive aspects of pregnancy achievement due to NFP are not controversial and will not be developed in this paper. We will not question the correctness of the Church’s teachings about marriage, love and natural cycles, which, instead of being learned and respected, are destroyed by contraception. There is wide consensus about these positive points so that we will not dwell on them; however, enlightened people still continue to discount these since the issues surrounding effective methods for postponing pregnancy remain obscure.
Short analysis of the past and present situation
In the last ten years, several pedophilia scandals among priests and other members of the Church have been reported, contributing to the discreditation of the abstinence doctrine of the Church and the exemplarity of Church members in sexual matters. HV should be seen now in the larger context of current sexual disturbances such as pornography, which was not properly addressed in HV.
(A) When HV was released in the summer of 1968, the May student rebellion in Paris had just begun to popularize the contraceptive pill as well as to “sanctify” abortion laws. Both became emblematic for a “new sexual freedom” among wide ranges of population. The right for abortion preceded the efforts of abortion prevention! This “right” does not provide a proper account of the social complexities; the resulting unmerciful attitude is equally as detrimental as the opposite we encounter now: strategies to ban abortion laws without providing viable abortion prevention measures, such as competent training in NFP! This preventing capacity of NFP knowledge has never been acknowledged and developed by the Church whether it be for women’s empowerment and health, or for postponing sexual contacts of teens, or for proposing an ecologically responsible alternative to synthetic contraception. You cannot plausibly preach against abortion without an effective symptothermy; you cannot give rules without the tools to integrate the rules!
Before May ’68, the Catholic NFP method failures had created a disastrous image for the Church. This traumatism still haunts Church members when I confront them with this issue and the Catholic press is disinterested in this topic. Most Catholic couples abandoned the ineffective Rhythm, Temperature-Only, and the fastidious Billings method, and carried on with condoms and the fashionable hormonal contraception. That’s where we still are today. The exact opposite of what HV encouraged: to elucidate the methods and to teach them on a large-scale basis. Even worse: the average Catholic is not even informed about effective family planning. There are no NFP brochures in church foyers! General ignorance is the greatest challenge today, among Catholics and non-Catholics, especially because it is inappropriate to inform any woman, irrespective of her contraceptive status, that she is ignoring her cycle. This calling out may at least serve to spark curiosity in unprejudiced women to discover a natural alternative. It would make them reluctant to accept detrimental side effects of medical devices. The sobering reality is that dogmatic feminism and contraception have alienated women from their bodies and the gender ideologies that dominate the female intellectual scene fail to take notice!
HV is a vibrant call to improve these methods and to make them more user-friendly. What has been done ever since? While the student rebellion in Paris was taking place, the first complete symptothermal method developed by Rötzer, the first effective symptothermy, was already available but the Church never popularized it. Why? Instead of endorsing this method with a central pontifical office, several different NFP methods popped up all over the globe created by different Catholic and non-faith-oriented associations. The result is a tremendous cacophony among NFP schools provoking ridicule among gynecologists across the globe: “Dear Madam, you really want to have an unwanted pregnancy using these outdated methods? Only German women are disciplined enough to practice them.” Even worse: Most of the Catholic methods competed for recognition in Rome, such as the Billings and “dissident” Billings groups, the Couple to Couple League, the French CLER, etc., and later the German, Rötzer-based, Sensiplan method. In the end, all these lobbies were and are still adamant about their achievements and reluctant to carry out honest comparisons. When they meet at congresses they carefully avoid these topics. At the same time, they do not make serious efforts to disseminate their knowledge. Therefore, the improvement and release of a proper symptothermal method, the two key recommendations of HV, are still missing.
A new beginning is possible: but only if the will to go ahead and tackle the future is present! 50 years after the publication of HV, no significant progress has been made. The truth put forth here may be, save angelic intervention, the reason for the rejection of my paper.
The Pontifical Family Council has never developed any symptothermal know-how over the last 50 years. In order to compensate for this inaction, the Magisterium was open to accepting all the methods (that have been competing against each other) as long as they were taught in the spirit of the abstinence method and backed up by proper HV quotations. One main reason for the failure to promote the methods is the lack of a standardized symptothermal knowledge, and the failure to popularize such knowledge, as recommended by the HV. This knowledge must be made available not only to Catholics but to all Christians as well as to other religions, and the large secular populations who have a strong ecological concern. Regrettably, instead of implementing these strategies of standardization and dissemination, the many schools with their various methods have restricted their communicative efforts to insiders, becoming sectarian, and thereby totally neglected the world, including Catholics in general: there still is no appropriate information to be found on the shelves of church welcome centers! As long as NFP schools blend the natural, biological processes of the cycle with theological considerations, non-Catholics will continue to reject the method and NFP will remain a well-kept secret on the fringe. This is the disaster that has been going on for the last 50 years. So how can the HV “bring blessings both on the world and on the Church” in the future?
The female cycle is based upon the same biological processes all over the world in all women. It does not work like a man-made machine or artificial intelligence, it is a subtle and grandiose symphony regulated by multiple hormones. It is also impacted by psychosomatic factors and environmental influences, such as light exposure during the night, nutrition, medical trends, unhealthy lifestyles etc. Today, it is common for girls to start using synthetic hormones as young as 14 years of age. Women who discontinue long-term hormonal birth control because of detrimental side effects, new ecological concerns or a more holistic conscience, all of a sudden discover their damaged cycles and their problematic fertility status. Their damaged bodies make it much more difficult for them to learn the method. Second: young couples nowadays travel abundantly for work, leisure and studies; for multiple reasons, women tend to think about having their first child in their late thirties. This common scenario has to be taken into account for the pastoral work addressed below (point B. 3).

B. Solutions. Three stages to make the symptothermy known
All the social changes mentioned above significantly complicate the task to establish a general, effective tutorial and a new, state-of-the-art method. Before teaching such a method, we have to first unbundle the theological reasons of HV, involving the Catholic Church, from the observational possibilities open to every woman, regardless of her spiritual orientation, which are based on biology. In a second step, after this unbundling, once we have this general method at hand, we can better understand how the cycle observations and the new couple relationship can be reunited from an anthropological point of view within the Catholic doctrine. Again: The first move is to separate theology and cycle observation for anthropological reasons; in a second move, anthropological reasons can reunite these two dimensions. Only within this reflective equilibrium among ethical and practical issues, among universal social laws and the biological essentials, further explained thereafter, can the Church openly and joyfully disseminate the best symptothermal method.
In light of what has been expounded above, the currently non-existing Pontifical Symptothermal Office, or its non-Catholic equivalent, would be able to begin worldwide dissemination following three successive steps:
1) Methodological improvements: The very first step, as already mentioned, is to follow HV’s recommendation to improve the most viable symptothermy, to make it user-friendlier for everyone, on the Internet and mobile apps. This is what the SymptoTherm Foundation has achieved without external help since 2006 with its worldwide first cycle app for mobiles, improved in 2008 on sympto.org in seven languages. Test it to determine if I am right. According to the American FACTS app comparison study of 2016, sympto is the #1 symptothermal method in app format. What about non-symptothermal (FAM) methods? Should we shun them? There is a way to include Billings-like or Temperature-Only methods, although they are less effective, yet educational for beginners and non-sexually active teens, as well as more convenient for experts (who want to simplify their observations). sympto.org has integrated all of these into one original synthesis. In other words: a separate Billings or Billings-like method, or a separate Temperature-Only method are no longer needed, much less various symptothermal methods! As with Newtonian physics, you just need one theory, methodologically the best.
What about methods that combine temperature observations with LH monitor results? Certainly, this endeavor marks a positive trend to modernize old-fashioned NFP. The modernization, however, should not be implemented by adding medical products women have to consume (and buy continuously) and blindly rely on. The true modernization lies in the development of tutorials and educational devices designed to assist women in learning, alone or under the guidance of a counselor, how to make proper observations and to become independent from medical products. In natural conception regulation, you should not mix convenient product consumption with more or less demanding self-awareness training and empowerment of the woman and the couple. There are ways for women to improve Peak Day determination if needed. But if women trust a monitor to solve this difficulty, they will never correctly learn how to identify their Peak Day. These medical crutches should be avoided when direct observation skill is at stake and sufficient; the observing woman remains the last resort that cannot be replaced by a machine. Such an educational device may include any type of tutorials; you define and openly show the minimum data required for optimal effectiveness. Misguiding women by telling them that the more information they introduce, the better, is typical for the consumption paradigm. A tutorial program should outline how to make sound observations and enable the learner to identify questionable observations. It must prevent the learner from entering incorrect observations. Of course, a woman is able to chart fake observations, purposely outsmarting the program, but this is a conscious choice!
There is a common agreement among NFP organizations to ban the hazardous calendar methods, which enjoy an unfortunate renaissance promoted by the WHO in Africa! Hundreds of ineffective cycle apps exist, based on variants of the Rhythm method, claiming to be “magic technology” (Glow) while increasing the confusion and disastrous misinformation among women. These constitute now the biggest hurdle for serious methods to gain confidence with users who seek a sound natural alternative for postponing pregnancy.
This symptothermal standard has to integrate some vital elements such as the Döring-Rötzer day in order to enable the cross-check in the beginning of the fertile window. It also has to implement the cross-check at the end of the fertile window, based on Peak Day and the occurrence of an adequate temperature rise. This standard must integrate the Sensiplan method in order to be able to publicly cite on its behalf the German reference study of 2007! “Natural methods” usually refer to this study, but this is inaccurate and cheating of the facts.
2) Communication and marketing of the method: Once you have a user-friendly, effective and scientifically approved method as well as trained competent counselors you can and must promote what we call the Gospel of the body. Missionary work is the basic task for any Christian: NFP is a mission for Christ. Knowledge of the female cycle belongs to everyone regardless of their religious convictions. Therefore, we can step into the succession of St. Paul when he left Jewish communities and turned to Gentiles to announce the Gospel. St. Paul did not keep the Gospel captive for Jews: neither should the Church keep the symptothermal method exclusively catholic. It is obvious that symptothermal knowledge, initially developed by the Church and eventually, hopefully, dispatched worldwide by it, will durably refresh its structures, enhance its image and appeal to young generations with unresolved questions of sexuality that remain.
Nobody can reasonably argue against the general utility of this knowledge: announcing the Gospel of the body will pave the road for announcing Christ’s Gospel in the future. There are multiple difficulties in this task especially as the consumption paradigm is not easily replaced by the learning paradigm: it is easy to promise women empowerment but hard to change their habits if they are addicted to solutions offered by consumption. This is the true difficulty of the symptothermy that was and still is largely underestimated by the Church representatives.
In the past and still now, there remains a detrimental fallacy about the following point: Some Church tenants advocate that the NFP method should not be too effective in order to avoid a likely surfacing of a « contraceptive mentality » among couples, meaning that the more effective the method, the less children couples will have. This argument is devoid of any facts and proofs. On sympto.org we can show facts and figures that prove the opposite: the more the method is reliable, the more the couple opens up to life and to children. This fallacy was used in the past as an excuse for some Church members not to develop better methods. In other words: the lack of sound methods was excused by the (imaginary) temptation for couples that effectiveness would hamper the wish to have children. This argument is clearly devoid of any HV foundations; HV does not mention the possibility of giving rise to a “contraceptive mentality” related to effectiveness.
3) Pastoral approach: The symptothermal method does not just reveal a highly developed technique. In this respect, the Aristotelian-Tomistic view of nature is correct: appreciating the wonders of nature implies ethical commitments for protection and respect. Sympto is foremost a tool for women and couples, and, like any tool, can be misused. But once the validity of this tool is internalized, it provides couples with a new consciousness of life and the creation: as couples integrate this tool and knowledge into their daily reality, the spiritual aspect enters their life on its own. The spirituality must not be Christian. But the method creates a platform where all religions can agree to learn the basics of human fertility. Symptothermy is an essential element of ecumenism and inter-religious dialogue.
A part from being clearly contraceptive in the sense of HV, the condom is primarily a medical product, which, like other medical crutches, is not required to practice symptothermy for postponing pregnancy. The thermometer is admittedly also a medical product, I concur, but it is first mainly used for other purposes and not specifically for conception regulation. Second, the way temperature recordings are handled in the symptothermal method demands that the woman submit to a learning process so that she can distinguish good temperatures from questionable ones. Temperature apps such as Natural Cycles, which ask women to enter as many temperatures as possible, day after day throughout the cycle, are perverting the conscious symptothermal temperature recordings into blind medical product consumption. Within the concept and the common use of a medical product, questionable temperatures are supposed to be statistically smoothened by secret algorithms; “magic technology” is supposed to “know” which temperatures are accurate! They are not, as required by the symptothermal way, controlled by the user’s ability to question, with experience the results and put into brackets disturbed temperatures of the past (and only retrospectively, with adequate temporal distance)!
From a pastoral point of view, preaching against the condom is counterproductive although the condom is clearly a form of contraception and not a means of conception regulation. Why? Before couples can fully integrate the symptothermal method, they must try it. And before they can try it, they have to be informed and taught correctly. In most cases you have to convince them to discontinue the pill and other contraception first. For some, this is a difficult passage as the contraceptive hormones have made women dependent, sometimes even addicted. After initial hesitations and a new fertility awareness, couples become confident with the method and are willing to try it. At that stage, the couple will a) open up to life and b) diminish condom use. From an anthropological point of view – this argument has not been stressed by HV – it is nonsensical to forbid the condom, an unattractive device already strongly disliked by all men. The Church accepts the condom use for drug addicts, and to protect prostitutes from STD, and for people with various illnesses (Licht der Welt, Pope Benedict XVI, p. 146, Herder): why not show mercy and tolerate it as a transitional or provisional measure for vulnerable couples who learn the symptothermal method? In this respect, HV has not outlined a proper pastoral way and still maintains a Vatican-I mentality: it establishes and enforces rules without providing tools supported by rules to assist couples in implementing the rules. The HV has to be complemented by preventive measures against pornography and teenager sexuality.

Conclusions
HV has not failed: the people who should have implemented it have. The sexual disorientation has drastically increased among young men and women. Fertility issues have dramatically risen. The Catholic press is still ashamed to discuss symptothermal methods openly and routinely. There is certainly a lot of good work done by the Catholic sexual education, most of the literature is excellent but no large-scale preventive measures have been tested by dissemination of an appropriate symptothermal method. Especially in an age of sexual disorientation and exposure to sexual abuse, the preventive effect of symptothermal knowledge against porn consumption cannot be overemphasized. It is dismaying to point out that the Church was the first, and with the exception of a few orthodox movements, the only spiritual body that showed genuine interest in understanding the female cycle and fertility. No other religion shares this concern, neither Protestants nor Evangelicals: they have never tried to decipher human fertility and its significance for the couple and society!
How can the Church promote now the viable methods? We hope that this know-how will be dispersed within the offices of the Pontifical Council of Family. These specialists could free the symptothermy from its exile. But this would not suffice, since non-Catholics are very adamant about and critical towards messages released by the Vatican. The solution is for the Church, in addition to its efforts, to support a non-religious NGO Foundation to pursue this goal. The preventive aspect of this work will gain more credibility when dispatched by a neutral Foundation.

Harri Wettstein, 1950, Zürich
H.W., M.A. philosophy Heidelberg and MBA Lausanne, made his doctoral Habilitation degree in 1995 at university of Lausanne in theology and social science about end of life ethics. His Leben- und Sterbenkönnen was edited three times and had a concrete impact on the new end-of-life laws in the State of Vaud in Switzerland. In 1999, at the age of 49, he met Christine Bourgeois who introduced him to the symptothermal method by Rötzer and with whom he created the leading system for cycle observation, the Complete Manual as well as the sympto apps. He also wrote a seminal book about sexuality for “young and not so young couples” Sandra et Timmy, Une autre sexualité, racontée aux jeunes et moins jeunes, homes et femmes” (German 2017: Geheimcode des Körpers: Eine Aufklärung wieder gesellschaftliche Sexlügen). He deeply regrets that the symptothermal knowledge was not accessible for him as a student. He also writes in French and published among other titles Le jeûne pour la vie: un guide pour le jeûne chrétien de longue durée (1999, re-edited on Kindle 2014). He is the founder of the fasting group network who fasts 1 week during Lent in Catholic and Protestant congregations. He is a Catholic convert from Protestantism.

Humanae vitae (HV) : Qu’est-ce qui a mal tourné en 50 ans ? Comment créer un nouveau départ ?

Synopsis
Ces propos tentent de trouver les raisons (A) pour lesquelles les catholiques rejettent les bases de HV quand il s’agit de pratiquer et propager la « contraception naturelle » (en termes de HV : une pratique pour différer une nouvelle grossesse). (B) Nous proposerons des solutions concrètes pour dépasser ces difficultés, pour mettre en place une « paternité responsable » et pour implémenter la meilleure régulation naturelle des naissances, la symptothermie, à une échelle mondiale, démarche interpellant et les catholiques et les personnes d’autres religions ainsi que la population laïque ou athée qui est sensible à l’écologie.
Brève analyse du passé et du présent
Au cours des dix dernières années, plusieurs scandales de pédophilie ont été rapportés au sujet des prêtres. La doctrine de l’abstinence de l’Église et l’exemplarité des membres du clergé en matière sexuelle furent fortement ébranlées et discréditées. A l’heure actuelle, HV devrait être considérée dans le contexte plus large des perturbations sexuelles telles que la pornographie, problème à peine effleuré dans HV. – Les aspects fort positifs de HV en relation avec le désir d’enfant, la conception, restent inchangés et, pour cette raison, ne seront pas développés dans cet article.
(A) Lorsque la HV est sortie en été 1968, les événements de Mai 68 venaient tout juste de les précéder et la pilule contraceptive ainsi que les lois sur l’avortement allaient s’ériger en nouvel acquis de la société française et européenne, faits devenus emblématiques pour exprimer la « nouvelle liberté sexuelle » parmi de larges couches de la population. Le droit à l’avortement s’était mis au premier plan bousculant ainsi la prévention à l’avortement ! Cette attitude est aussi délétère que l’inverse que l’on rencontre dans certains milieux chrétiens: j’en veux à ces appels tenant à interdire les lois sur l’avortement mais qui ne proposent pas de mesures solides en matière de prévention à l’avortement et qui ne favorisent pas un apprentissage sérieux de la connaissance du cycle féminin, notamment celui de la symptothermie, la meilleure méthode : de tels appels ne reflètent pas la miséricorde ; ils ne font pas justice non plus à la complexité sociale ! La force préventive des connaissances symptothermiques n’a jamais été vraiment développée et testée par l’Église, que ce soit pour rendre les femmes plus autonomes du système médical ou pour persuader les adolescentes à repousser les contacts sexuels en les initiant en même temps à une alternative naturelle saine à la contraception hormonale. L’on ne peut pas raisonnablement prêcher contre l’avortement sans transmette une symptothermie efficace ; on ne peut pas proposer et encore moins imposer des règles sans les outils viables permettant d’intégrer ces règles !
Avant Mai 68, les échecs liés aux « méthodes naturelles » de mouvance catholique avaient forgé une image désastreuse pour l’Église. Ce traumatisme plombe toujours les instances religieuses quand je les confronte avec cette problématique. De même, la presse catholique n’a, pour l’heure, aucune envie de traiter ce sujet. En conséquence, la grande majorité des couples catholiques avaient abandonné la méthode aléatoire du calendrier (Ogino), la vielle et fastidieuse méthode des températures ou la non moins fastidieuse et aléatoire méthode Billings. Ils ont préféré continuer leur vie sexuelle moyennant des préservatifs et les contraceptions hormonales à la mode. C’est là où nous en sommes toujours. Est arrivé le contraire de ce que HV a encouragé, à savoir améliorer les « méthodes naturelles » et les faire connaître. Pire, les catholiques pratiquants ne sont même pas informés sur l’existence de la Symptothermie. L’ignorance, renforcée par une désinformation générale distillée par la société laïque, représente le défi le plus difficile aujourd’hui, chez les catholiques et les non-catholiques. Il est maladroit de dire aux femmes – avec ou sans pilule – qu’elles ignorent les bases de leur cycle, message pourtant vrai, si seulement il les rendait plus curieuses pour choisir une alternative naturelle et plus critiques à l’égard du système médical. Un certain féminisme dogmatique et la contraception ont aliéné les femmes de leur corps et les idéologies des études genre, qui dominent la scène intellectuelle féminine, contribuent à augmenter cette aliénation !
HV contient aussi un vibrant appel aux chercheurs leur demandant une amélioration de « ces méthodes ». Qu’est-ce qui a été fait depuis ? En même temps que la rébellion estudiantine à Paris prenait son essor, la première méthode symptothermique de Rötzer, la toute première « méthode naturelle » vraiment efficace, était pourtant disponible. Mais l’Église ne l’a jamais popularisée. Pourquoi ? Au lieu de peaufiner cette méthode dans un bureau pontifical central, Rome a préféré laisser les associations catholiques à travers le monde créer leur propre « méthode naturelle », certaines organisations non confessionnelles s’y étant aussi mises. Il en résultait la cacophonie des « méthodes naturelles » actuelles dont se moquent les associations gynécologiques du monde entier. Fait aggravant : la plupart des méthodes catholiques rivalisaient entre elles pour être bien en vue au Vatican, comme les Billings et les groupes « dissidents » Billings, la Couple to Couple League Association, le CLER français, etc. Plus tard le sensiplan allemand, basé sur Rötzer, a rajouté une couche dans la cannibalisation des méthodes. Comme toutes ces écoles étaient et sont toujours imbues de et inflexibles quant à leur propre méthodologie, mais peu soucieuses par les exigences de conquérir un large public et de tenir compte des technologies actuelles, réticentes aussi à faire entre elles des comparaisons honnêtes – étant donné ces facteurs, l’amélioration et la diffusion d’une méthode symptothermique unifiée et appropriée ne pouvaient se faire. Ce serait pourtant possible avec un peu de bonne volonté.
Le Conseil Pontifical de la Famille n’a jamais jugé nécessaire de développer un savoir-faire symptothermique au cours des 50 dernières années. Pour compenser cette inaction, les membres de ce Conseil tendait à accepter toutes les méthodes catholiques (qui se regardent toujours en chien de faïence) pour autant qu’elles étaient enseignées dans l’esprit de la théologie de l’abstinence et annotées par des citations HV appropriées. L’une des raisons profondes qui a dû empêcher leur promotion est celle-ci: au lieu de centraliser les connaissances symptothermiques et d’améliorer substantiellement ce type de méthode et de suivre ainsi les encouragements de HV ; au lieu de la faire connaître non seulement aux catholiques mais à tous les chrétiens en général et aussi aux personnes d’autres religions, sans oublier surtout les grandes populations laïques soucieuses de l’écologie et du développement durable ; au lieu donc de mettre en œuvre ces stratégies (pour ne nommer que celles-ci), les différentes écoles, trop imbues de leurs méthodes pourtant défaillantes ont limité leurs efforts de communication à quelques initiés et se sont transformées en quasi sectes. Elles ont totalement négligé le monde. Chez les catholiques en général, vous ne trouverez toujours pas de tracts pour les livres symptothermiques et même pas des dépliants dans les rayons à l’entrée des églises ! Tant que les écoles catholiques dispensant des « méthodes naturelles » mélangent les processus biologiques du cycle féminin avec des considérations d’ordre théologique et éthiques, les non-catholiques rejetteront la méthode et la symptothermie restera le meilleur secret gardé au monde. C’est la catastrophe qui s’est abattue et propagée au cours des 50 dernières années. Dans ces circonstances, comment la HV peut-elle « apporter des bénédictions sur le monde et sur l’Église » à l’avenir ?
Le cycle féminin est basé sur les mêmes processus biologiques chez toutes les femmes au monde. Mais il est fortement tributaire des facteurs psychosomatiques comme le stress et les influences sociales telles que la lumière nocturne, les traitements médicaux, les styles de vie, l’alimentation et, finalement, l’hypothèque des années à pilule qui pèse sur lui. Aujourd’hui, les femmes qui ont débuté la pilule à 14 ans contre l’acné et qui, au bout de 10 à 20 ans, cessent la consommation des imposteurs endocriniens et les autres méthodes de contraception invasives en raison de leurs effets secondaires néfastes, éveillées aussi à une nouvelle conscience écologique. Elles tombent souvent de haut quand elles découvrent leurs cycles abîmés et leur fertilité réduite. Leurs corps malmenés présentent beaucoup plus difficultés au cours de l’apprentissage de la méthode. Autre phénomène nouveau par rapport à l’époque de HV : les jeunes couples ne vivent pas nécessairement au même endroit ; ils voyagent pour leur travail, pour leurs études et les femmes repoussent la conception de leur premier enfant dans leur trentaine en raison de leurs études et leur carrière professionnelle. Cette réalité bien répandue, bonne ou mauvaise, doit être prise en compte pour le travail pastoral, abordé ci-dessous (point B. 3).

Les trois étapes pour faire connaître la symptothermie, solutions (B)
Tous ces aléas de la vie moderne compliquent considérablement la tâche d’établir un tutoriel général acceptable, tenant la route et qui peut assurer un haut degré de scientificité de la méthode. Avant d’enseigner une telle méthode, nous devons – d’abord – mettre entre parenthèse les raisons théologiques de HV, impliquant l’Église catholique, pour pouvoir proposer une approche didactique d’observation neutre, basée sur la biologie et la psychologie. Dans un deuxième temps, au terme de cette dissociation entre le spirituel et le biologique, une fois que nous aurons cette méthode générale et unifiée sous la main, nous pourrons mieux comprendre comment les observations du cycle et les nouvelles dimensions relationnelles au sein du couple incitent celui-ci à une éthique qui pourra être réunie et réconciliée dans et par une approche catholique. En d’autres termes : il y a des raisons anthropologiques qui justifient la séparation entre la théologie du couple et la phénoménologie de la perception des observatrices ; il y aura encore des raisons anthropologiques, éthiques et spirituelles pour réunir ces deux dimensions. C’est seulement dans le va-et-vient d’un tel équilibre réflexif entre l’éthique et la pratique, entre les lois universelles en société et les lois biologiques essentielles, expliqué plus loin, que l’Église pourra diffuser ouvertement et joyeusement la meilleure symptothermie.
À la lumière de ce qui précède, l’Office pontifical de la symptothermie encore inexistant ou son équivalent non-catholique pourrait faire connaître la symptothermie à travers le monde moyennant les trois étapes successives :
1) Amélioration de la méthode : La toute première étape, déjà mentionnée, est de suivre la recommandation de HV : améliorer la meilleure méthode symptothermique présente, pour la rendre plus conviviale pour tout le monde, sur Internet et les applications téléphoniques. C’est ce que la Fondation Symptotherm (sans aide extérieure) a accompli depuis 2006 avec la première application mondiale portant sur le cycle féminin sur les téléphones, améliorée en 2008 sur sympto.org. Essayez-la et dites-moi qui a raison. Selon l’étude américaine indépendante FACTS de 2016, sympto est numéro un des applications symptothermiques. Qu’en est-il des méthodes non-symptothermiques ? Devrions-nous les éviter ? sympto a trouvé un moyen d’inclure des méthodes basées sur la température seule ou sur la méthode Billings : cependant, elles sont moins efficaces mais peuvent être pratiquées par les débutantes, les adolescentes sexuellement inactives et même par les expertes (qui veulent et peuvent simplifier leurs observations en connaissance de cause), sympto.org les intègre tous dans une synthèse originale. En d’autres termes : vous n’avez plus besoin d’une méthode genre Billings ou genre températures indépendante (redevenue à la mode). Vous n’avez pas non plus besoin de choisir entre différentes méthodes symptothermiques ! Vous avez juste besoin d’une seule méthode, la bonne. Elle existe.
Qu’en est-il des méthodes qui combinent les observations de température avec des outils qui fournissent des résultats par rapport à l’hormone LH (Université Marquette) ? Certes, cette tentative marque une tendance positive vers la modernisation par rapport aux méthodes démodées. Moderniser une méthode ne signifie pas pour autant la compléter par la consommation de produits médicaux tels que les tests LH que les femmes doivent payer chaque mois, des produits sur lesquels elles comptent aveuglément, qui les rendent dépendantes. Ce genre de produits ne mène pas à une véritable autonomie. L’authentique modernisation au contraire se trouve dans le développement de tutoriels et de dispositifs pédagogiques appropriés qui aident les femmes à apprendre, seules ou soutenues par une conseillère, à faire des observations compétentes et à devenir indépendantes des produits médicaux. En régulation naturelle des naissances, les femmes ne doivent pas se laisser duper et infantiliser par des outils-produits qui se consomment aveuglément, sous prétexte de simplifier une méthode ; elles ont au contraire droit à un développement personnel et à un apprentissage visant une compétence de leur observation du corps, observation qui, selon les cas, peut s’avérer plus ou moins exigeante. Il est certainement plus facile de consommer que d’apprendre, le piège étant qu’aucune méthode naturelle fiable ne pourra se consommer, elle devra toujours s’acquérir dans une démarche de responsabilité.
Pour prendre un exemple : il existe des moyens didactiques sur sympto pour faciliter la détermination du fameux Jour Sommet, JS, qui permet de conclure à une ovulation probable. Les femmes en revanche qui comptent sur un produit médical pour résoudre cette difficulté, n’apprendront jamais correctement à identifier leur élixir de vie (glaires cervicales). Les fausses béquilles médicales qui entravant l’observation directe ainsi que l’autonomie véritable sont à éviter. L’observation immédiate par le regard et le ressenti corporel sont foncièrement suffisants, même indispensable pour acquérir cette autonomie. Dans un tel dispositif d’apprentissage et de gestion, vous inclurez toutes sortes de tutoriels, comme ceux proposés par le didacticiel électronique qu’est sympto. Enfin, un constructeur honnête ne gardera pas secret le nombre minimal de données requises pour arriver à une efficacité optimale, données qui doivent être définies clairement dans la description du didacticiel et son manuel d’apprentissage. Le programme/didacticiel, expliqué dans ce manuel, est censé aider à établir les bonnes observations et à identifier les observations peu ou pas fiables. En conséquence, les erreurs d’observation manifestes ne devraient pas échapper à une conseillère ou une experte. Il n’empêche que, bien entendu, chaque femme peut introduire de fausses observations et déjouer le programme !
Il existe une vieille entente entre les organisations des « méthodes naturelles ». Toutes proscrivent les méthodes de calendrier aléatoires et pourtant, ces méthodes connaissent une triste renaissance promue même par l’OMS en Afrique ! S’y ajoutent des centaines de fausses applications du cycle féminin, basées pour la plupart sur une sorte de méthode du calendrier, qui prétendent révéler « la magie de la technologie » (Glow) pour « prédire » le jour d’ovulation. Le terme de « prédiction » est omniprésent dans ces applications. Ces « prédictions » augmentent la confusion et la désinformation déjà désastreuse chez les femmes ; elles sont aujourd’hui le plus grand défi empêchant la percée des méthodes sérieuses. Cette pollution en fausses applications est un obstacle majeur pour les femmes à la recherche d’une alternative naturelle fiable.
Les standards symptothermiques exigent certains éléments essentiels tels que le jour Döring-Rötzer qui permet de faire le double contrôle au début de la fenêtre fertile. De même, le double contrôle pour fermer la fenêtre de fertilité fait partie des éléments incontournables. A cela s’ajoute l’identification du Jour Sommet (JS) combinée avec une montée des températures correcte. Le chercheur qui veut prendre à son compte l’étude de référence allemande de 2007, la meilleure étude dans ce domaine, doit avoir intégré dans son système toutes les subtilités de la méthode allemande sensiplan ! Autrement il n’a aucune légitimité de se prévaloir de cette référence.
2) Aspect communication. Une fois que vous disposerez d’une méthode conviviale, efficace et scientifique de même que d’un réseau de conseillères compétentes et bien formées, vous pouvez et devez promouvoir ce que nous appelons l’Évangile du corps. La mission est une tâche principale pour tout chrétien : la symptothermie peut devenir une mission pour le Christ. Quant au cycle féminin, sa connaissance appartient à toutes et à tous. C’est exactement la même démarche que nous, avec sympto, faisons dans le sillage de Saint Paul quand il a quitté les communautés juives pour s’adresser aux Gentils, leur annoncer l’Évangile et éviter que la bonne nouvelle reste un secret réservé aux Juifs. Par extension et analogie à l’exemple de Paul, les connaissances symptothermiques diffusées dans le monde entier par l’Église rajeuniront durablement ses structures, rehausseront son image et interpelleront les jeunes générations dans leur manière de gérer leur vie sexuelle et affective.
Il ne peut y avoir des motifs éthiques ou religieux pour refuser ou cacher cette connaissance : par conséquent, l’annonce de l’Évangile du corps sera la voie royale pour préparer l’annonce de l’Évangile du Christ dans le futur. Par le passé et encore aujourd’hui, il subsiste une erreur fatale à ce sujet : certains représentants de l’Église ont demandé de manière indirecte et sournoise que « les méthodes naturelles » ne soient pas trop efficaces, craignant la montée d’une « mentalité contraceptive » dans le couples. Autrement dit, ils suspectent que plus la méthode naturelle est fiable, moins les couples auront d’enfants. Cet argument est dépourvu de faits et de preuves. Sur sympto.org on peut montrer des chiffres qui prouvent le contraire : plus la méthode est fiable, plus le couple s’ouvre à la vie et aux enfants. Cette suspicion était par le passé la stratégie toute trouvée pour excuser les méthodes naturelles défaillantes et pour ne pas s’efforcer de développer de meilleures méthodes. Autrement dit, le manque de bonnes méthodes était dédouané par la crainte que les couples catholiques n’aient plus assez d’enfants. Cette stratégie est clairement en désaccord avec HV, qui ne mentionne nulle part la « mentalité contraceptive » suscitée soi-disant par des méthodes « trop efficaces ».
3) Aspect pastoral. Le niveau scientifique de la méthode symptothermique dépasse ses dimensions techniques. A cet égard, la vision aristotélicienne-chrétienne de la nature est pertinente : l’appréciation des merveilles de la nature implique des engagements éthiques de protection et de respect. sympto, au départ, est un outil pour les femmes et les couples et, comme tout outil, il peut être utilisé à mauvais escient. Mais une fois que le respect pour cet outil s’est affirmé, favorisant chez les couples une nouvelle conscience, une fois que les couples adoptent et intègrent pleinement cet outil et cette connaissance dans leur vie, l’aspect éthique et spirituel se révèle par lui-même. La spiritualité ne doit pas être chrétienne ! En revanche l’outil crée une plate-forme où toutes les religions et éthiques peuvent se retrouver pour apprendre les bases de la fertilité humaine.
En tant que contraceptif au sens de la HV, le préservatif est avant tout un produit médical qui, comme d’autres béquilles médicales, nous l’avons vu plus haut, n’est pas nécessaire pour pratiquer la méthode de report de la grossesse. Le thermomètre est certes un produit médical aussi, je le reconnais, mais il est d’abord et principalement utilisé à d’autres fins et pas spécialement pour la régulation de la conception. Ensuite, la manière dont les températures sont répertoriées dans la symptothermie implique la capacité des femmes à apprendre à distinguer les bonnes températures des températures perturbées. Les applications basées exclusivement sur la température telles que Natural Cycle, qui demande quotidiennement aux femmes d’entrer leur température quelle que soit l’agitation éventuelle de la nuit passée, pervertissent les prises de température symptothermiques conscientes en une consommation aveugle d’un produit médical. Dans le concept du produit médical, les températures perturbées sont censées être lissées statistiquement (« automatiquement ») par des algorithmes secrets ; elles ne sont plus contrôlées de manière autonome par l’utilisatrice, comme l’exige la symptothermie, qui, à terme, doit toujours interroger les résultats et mettre entre parenthèses les températures perturbées du passé (et seulement du passé) !
D’un point de vue pastoral, prêcher contre le préservatif est contre-productif bien que le préservatif soit clairement une sorte de contraception et non un moyen de régulation de la conception. Pourquoi ? Avant que les couples puissent pleinement intégrer la symptothermie, ils doivent l’essayer. Et avant qu’ils puissent essayer, ils doivent en être informés correctement. Dans la plupart des cas, vous devez en premier les convaincre à décrocher de la pilule ou d’une autre contraception perturbatrice. Une fois, au bout peut-être de longs mois d’hésitations et de combat intérieur, que la confiance sera de retour, pourra naître une nouvelle conscience de la fertilité et les couples s’approprient la symptothermie et sont prêts à l’adopter pour de bon. A ce stade, le couple a) s’ouvrira à la vie et b) diminuera l’utilisation du préservatif. D’un point de vue anthropologique, il est absurde « d’interdire » le préservatif, car les hommes ne l’aiment pas et espèrent s’en débarrasser au plus vite. L’Église accepte l’utilisation du préservatif pour les toxicomanes et protège les prostituées contre les MST, donc pour toutes sortes de IST (Licht der Welt, Pape Benoît XVI, p.146, Herder) : pourquoi ne pas manifester de la miséricorde et la tolérance pendant la transition, une mesure provisoire et passagère à l’égard des couples vulnérables qui apprennent la symptothermie ? Dans ce domaine, HV n’a pas développé une approche pastorale idoine et a conservé une sorte de discours rappelant Vatican I, qui consiste à établir et à imposer des règles avant de fournir des outils permettant d’appliquer et d’intérioriser ces règles. HV doit être complétée par des mesures préventives concrètes contre la pornographie et la sexualité précoces des adolescents.

Conclusions
Ce n’est pas HV qui a totalement échoué mais les personnes qui devaient la mettre en pratique. La désorientation sexuelle a considérablement augmenté chez les jeunes hommes et femmes. La presse catholique a encore honte de discuter ouvertement et régulièrement des méthodes symptothermiques. Il y a certainement un excellent travail fait par l’éducation sexuelle catholique, la plupart de la littérature est exemplaire mais aucune mesure de prévention à grande échelle n’a été testée par la transmission d’une symptothermie appropriée. En particulier à notre époque où sévit la désorientation sexuelle et l’abus sexuel, le côté préventif de la symptothermie contre la consommation de pornographie ne pourra être assez souligné. Ce constat est triste, car l’Église était la première, et à l’exception de certains mouvements orthodoxes, la seule spiritualité au monde qui a montré un réel intérêt à comprendre le cycle féminin et à rendre hommage au corps féminin. Vous ne trouverez cette préoccupation dans aucune autre religion ! Protestants et évangéliques : ils n’ont jamais essayé de comprendre la fertilité humaine et son importance vitale pour le couple et la société.
Comment l’Église peut-elle désormais promouvoir la meilleure méthode ? Espérons qu’en acquérant ce savoir-faire, les nouveaux spécialistes dans les bureaux du Conseil Pontifical de la Famille pourront faire sortir la symptothermie de son exil. Mais dans ce cas, les non-catholiques qui sont très intransigeants et critiques envers les messages envoyés par le Vatican, pourront bouder la démarche. La solution actuelle la plus prometteuse serait que l’Église aide ou mandate une ONG / Fondation neutre du point de vue religieux à poursuivre cet objectif. L’aspect préventif de ce travail n’apparaîtra que d’autant plus crédible lorsqu’il sera diffusé par une telle organisation.

Harri Wettstein
M.A. philosophie Heidelberg et MBA Lausanne, a obtenu son doctorat Habilitation en 1995 à l’université de Lausanne en théologie catholique et en sciences sociales sur l’éthique en fin de vie. Son Leben- und Sterbekönnen a été édité trois fois et a eu un impact concret sur les nouvelles lois de fin de vie dans l’État de Vaud et en Suisse. En 1999, à l’âge de 49 ans, il rencontre Christine Bourgeois qui lui fait découvrir la méthode symptothermique de Rötzer et avec qui il crée le premier système d’observation du cycle, le manuel complet ainsi que les applications sympto. Il a également écrit un livre décisif sur la sexualité Sandra et Timmy raconté aux jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, en version allemande : Geheimcode des Körpers: Eine Aufklärung wider gesellschaftliche Sexlügen. Il regrette que la connaissance symptothermique ne fût pas accessible pour lui en tant qu’étudiant ! Il publie aussi en français, entre autres Le jeûne pour la vie : un guide pour le jeûne chrétien de longue durée (1999, St. Augustin, réédité sur Kindle 2014). Il est le fondateur du réseau du groupe de jeûne romand qui pendant une semaine durant le carême dans les congrégations catholiques et protestantes. Issu de milieux protestants, il s’est officiellement converti au catholicisme.

Discussion avec une intellectuelle de la santé publique: plus certains gens sont intellectuels plus ils sont bouchés, je parle aussi des hommes

Rebonjour Nulle part je dis que vous n’êtes pas respectable: c’est vous qui ne respectez pas notre travail! Parlons donc franchement! Oui but non lucratif et exonéré d’impôt, c’est la seule faveur que nous avons à juste titre! Mais nous ne générons pas assez d’argent pour employer du monde à temps plein. Les conseillères sont payées à la tâche très chichement. 1’5 mio en 17 ans et autant de travail de bénévole de Christine ma femme et de moi? C’est normal pour vous. Votre gynéco ne connaît pas la méthode, ce n’est pas choquant pour vous? Cela me laisse perplexe de voir que vous ne vous mobilisez pas. Croyez vous vraiment que nous pouvons générer des revenus avec cette ignorance qu’ont les femmes comme vous sur notre travail et toutes les autres femmes, contentes de nous mais qui ne font quasiment rien pour faire connaître la méthode? Parce qu’elles ont les chocottes et parce qu’elles ne sont pas émancipées à vrai dire! Vous croyez une conseillère nationale écolo s’intéresse au cycle féminin? C’est désolant et affligeant. C’est là le coeur du problème. La santé publique doit aussi s’occuper de la prévention santé, or la sympto en fait partie mais vos services n’en ont cure! C’est de l’éducation sexuelle que nous faisons et que les services, dont les gens sont bien payés qui devraient le faire, ne font pas! Imaginez les femmes qui n’ont plus d’effets secondaires à cause de la pilule etc. La baisse des coûts dans la santé publique par la symptothermie: cette idée ne vous est jamais venue à l’esprit? Vous êtes vraiment à côté du sujet car le consentement éclairé fait partie du programme médical partout, sauf dans ce domaine et cela ne vous inquiète pas, mais pas du tout, vous ne vous sentez pas concernés. Et c’est affligeant. Là vous me faites vraiment un beau témoignage d’une intellectuelle qui n’a encore pas compris grand chose de notre travail. Ce n’est pas pour vous dénigrer, c’est un fait attesté suffisamment par votre discours. C’est la santé publique qui devrait venir chez nous et apprendre ce que nous faisons, donc prendre des cours payants, ce n’est pas à elle de juger notre travail qu’elle ne connaît que par des préjugés. Essayez de réfléchir un peu avant de me répondre svp! Bonne fin de journée Harri

Question 2018-05-31 12:10:51 Rebonjour, Super, je vais donc avancer mon d manuellement, et je reviendrai vers vous en cas de problème. La contraception est une affaire privée. Je fais partie de vos plus fidèles utilisatrices mais je ne pense pas que ce sujet soit une affaire de santé publique. Aucun moyen de contraception n’est remboursé par l’assurance maladie de base, pourquoi la sympto? Excusez mon ton sec, mais je sors de mes gonds lorsqu’on me dit que je ne suis pas une femme respectable, sur un ton méprisant. Je n’ai jamais été ridiculisée en parlant de symptothermie avec ma gynécologie. Elle m’a avoué ne pas connaître la méthode, mais s’est renseignée à son sujet. Belle journée à vous aussi P.S. Vous parlez beaucoup de votre argent, pour être un Philosophe. Votre association est pourtant à but non lucratif. Me trompe-je?

Réponse 2018-05-31 11:43:24 PS: Ah vous êtes à la Santé publique à Berne: j’ai tout un dossier pour vous si cela vous intéresse pour que vous puissiez vous rendre compte de la mauvaise volonté de vos services et de l’ignorance dont vous faites preuve! Harri
Réponse 2018-05-31 11:25:00 Rebonjour Merci de vos explications mais votre question sur le d relève clairement d’une Consultation. Vous pouvez avancer le D dans les réglages, à vos risques et périls. C’est expliqué dans le manuel. Pour avoir un graphisme complet, il vous faut un accès premium, arrêtez de nous critiquer pour cela, ce n’est pas trop demander, graphisme que vous pourrez aussi générer sur votre sympto plus par la suite et plus facilement informer votre médecin qui bloque notre travail. Votre message me fait très, très mal! Comme juriste : que faites-vous pour que les médecins respectent le consentement éclairé des femmes en matière contraception? Ma thèse Leben- und Sterbenkönnen porte sur ce sujet: une femme de 90 ans reçoit ce droit (pour aller en soins palliatifs) mais pas une femme de 20 qui veut choisir sa contraception en connaissance de cause. Là elle est ridiculisé si elle parle de nous. Ce qui c’est clairement contre la loi. Tant que vous les femmes juristes ne vous mobiliserez pas massivement pour la symptothermie scientifique – ce qui est une grave honte – comment voulez-vous qu’on soit reconnu par la Santé publique à Berne? Cela fait 17 ans qu’on essaie mais on n’est ni écouté ni reçu. Regardez un peu notre combat contre Swissmedic, expliqué sur notre blog.sympto.org!! L’égalité est donc bafouée car le cycle féminin, cela n’intéresse personne! Et vous avez encore le culot de critiquer notre formation! Là je dois dire que je suis écoeuré en tant qu’homme de mettre tout mon argent dans cette cause féminine universelle! Ce que vous dites frise la calomnie de ce que nous faisons. Bonne journée Harri Wettstein, Dr en psy +41 21 802 44 18 Secrétaire de la Fondation SymptoTherm 1132 Lully (VD) – SUISSE

Question 2018-05-31 10:32:17 Bonjour, J’ai payé 19.90 CHF pour l’application sympto PLUS quand celle-ci est passée en payante… J’espère vivement que c’est un malentendu ou une erreur de votre part. De plus, je vous avais demandé si je pouvais garder le graphisme de la version gratuite, car je n’aimais vraiment pas le nouveau, vous m’aviez certifié que c’était possible, or ce n’est pas le cas. En effet, j’ai obtenu le nouveau graphisme (qui soi dit en passant est mal fait, puisque l’on ne peut pas voir directement les remarques, qu’il s’affiche automatiquement toute à la fin du graphique où rien n’est encore écrit, et qu’on doit cliquer sur le jour pour voir la date…) Concernant vos questions, j’y avais déjà répondu dans mon premier mail, je n’ai donc pas jugé utile de le rappeler une deuxième fois. Je vais donc quand même le faire ici: Je suis juriste, j’ai l’habitude des longues théories complexes et fastidieuses. J’ai donc appri en autodidacte et je n’ai à aucun moment senti le besoin de faire appel à une conseillère. Je tiens à notifier que votre manuel est complet et a une bonne systématique. Bravo! Je vais rester à la sympto PLUS car je ne vois pas l’intérêt de « partager mes cyclogrammes avec mon entourage ». Je ne veux pas non plus de conseils d’une conseillère (qui entre nous, ne bénéficie pas d’une formation reconnue par la Confédération). Et pourtant, croyez-moi, je suis une « femme qui se respecte ». Même si je comprends parfaitement l’allemand (je travaille à Berne) je n’ai pas le temps de lire votre thèse « jusqu’au bout ». De plus, je ne pense pas adhérer à votre point de vu. Je dois être une de ces féministes qui pense que l’homme et la femme sont égaux. En attendant de vos nouvelles et en espérant pouvoir voir avancer mon petit « d », je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations les meilleures E, juriste à l’Office fédéral de la santé publique
Réponse 2018-05-31 09:30:47 Bonjour je ne comprends pas pourquoi vous pouvez toujours travailler en gratuit. Est-ce que vous avez la sympto PLUS (qui ne s’affiche pas toujours ici). J’ai besoin de savoir cela car nous avons payé cher pour stopper la sympto free sur android. Ensuite je vous ai demandé plusieurs questions. Est-ce que vous auriez l’amabilité de me répondre? Votre question par ailleurs relève clairement d’un suivi. Pourquoi vous ne voulez pas faire le point de vos cycles. Je me réjouis de vous lire ici Belle journée Harri Wettstein, Dr en psy +41 21 802 44 18 Secrétaire de la Fondation SymptoTherm 1132 Lully (VD) – SUISSE

Question 2018-05-29 22:35:37 Bonjour! J’arrive enfin à mon 13 ème cycle après 15 mois de sympto mais mon petit d ne s’est pas déplacer. Il devrait pourtant pas être avant le j11…

Réponse 2018-03-30 09:58:06 Bonjour, Vous êtes déjà formée à la sympto? Très bien, par qui? C’est important de savoir pour nous. Vous aurez exactement ce que vous demandez: la sympto PLUS – 16 E, mais toute femme qui se respecte, prend un premium en parallèle pour pouvoir générer le cyclogramme entier, donc les 40 jours, aussi sur la sympto PLUS et communiquer correctement ces cyclos dans son entourage. Dans mon livre dont il existe une version légèrement modernisé en allemand, vous trouverez un tas de réflexions qui sont justement pour votre âge, sur le slow sex etc. Il y a des passages révolutionnaires mais qu’il faut déjà les découvrir en lisant un peu plus loin. Bien entendu on reprendra les expressions désuètes en cas de réédition, mais ce n’est pas une raison de ne pas lire le contenu. Le problème de la masturbation, depuis Freud, n’est pas réglé chez les hommes. Tout mâle à un peu honte même si tout le monde dit que c’est bon pour la santé, etc.. En tant que juriste, vous devriez lire absolument mon livre sur la pornographie, publié en allemand mais la version originale est en français: https://harri-wettstein.de/pornographiethese/ le lien à côté du livre allemand. L’home et la femme ne sont pas égaux devant le porno ni devant la fertilité humaine. Le féminisme actuel ne veut pas discuter cette évidence, sauf Marianne Durano dans son Mon corps ne vous appartient pas! Faut pas lire juste le début de mon ouvrage! Les réseaux entretiennent une attitude de consommation narcissique par rapport à la sympto qui nous détruit sûrement si cela ne change pas très rapidement, si ces femmes ne prennent pas conscience de leur narcissisme: ces femmes revendiquent du gratuit alors que nous sommes dans une démarche pour défendre un apprentissage pour une cause féminine et du couple universelle, etc.: 60 CHF par an pour un premium, 245 pour un premium illimité, est ridiculement bas, toutes les femmes en Europe peuvent s’offrir cette possibilité. Faut pas venir avec votre manque d’argent, là vous vous décrédibilisez totalement: ces montants votre partenaire peut les payer aussi, bon sang! Ou alors vous faites une semaine de jeûne qui vous fera du bien (je suis spécialiste en la matière, manuel à l’appui) et vous pouvez vous offrir ce premium comme qui rigole. Joyeuses Pâques H
Question

2018-03-28 11:09:22 Bonjour Harri, Tout d’abord merci pour votre réponse rapide et claire, vous avez éclairé plus d’une de mes questions. Toutefois, il m’en reste encore une. Je ne suis pas sûre d’avoir bien compris la différence entre symto PLUS et symto PREMIUM. J’ai pu essayer la version PLUS lors de l’achat d’un nouveau natel (symto m’a fait part d’un accès PLUS pendant 15 jours), et oui, j’ai « détesté » 😉 J’ai pu voir les avantages, notamment le fait de pouvoir voir son cyclo en entier sur une page, et l’accès sans wifi (ce qui ne me sert à rien puisque j’ai un accès illimité à internet, en Suisse et en Europe…) Je n’ai donc vu que des désavantages , que j’ai déjà mentionnés dans mon précédent mail. L’accès PREMIUM permettrait donc de garder le graphisme du free, mais coûterait 30CHF par année c’est bien cela? Franchement, je ne pense pas être prête à mettre ce prix, étant déjà formée à la symto… Autant je trouve les 16 CHF de l’application PLUS tout à fait correct, mais 30 CHF/an juste pour avoir accès à cette application, c’est un peu beaucoup (mais ce n’est que mon humble avis!) J’aimerais donc, par ce canal, essayer de vous faire changer d’avis et de nous donner un accès, comme avant, à l’application FREE, quitte à ce que cela soit payant, mais pas plus de 16 CHF en tout. Je tiens encore à revenir sur votre phase:  » si au moins les femmes s’engageaient un peu en société pour la symptothermie scientifique unique que vous avez ici, mais ce n’est pas le cas! » C’est pourtant mon cas, à mon échelle. Je suis tout à fait consciente de l’énorme travail qu’il y a derrière cette méthode complète, mais étant de nature autodidacte et ayant l’habitude d’apprendre grâce aux livres (je suis juriste), je n’ai pas pris de suivi avec une conseillère. J’ai par contre fait « l’apologie de la symptothermie » à mes amies, et 5 d’entre elles s’y sont mises. J’ai même promis de faire un don à la fondation (cf mes anciens mails), puisque jusque là, je n’avais fait usage que de documents gratuits mise à disposition. De plus, je suis active sur les réseaux sociaux concernant la désinformation au sujet des méthodes d’observations des cycles, et j’ai même réussi à convaincre ma gynécologue de la fiabilité de la sympto! La semaine dernière encore, j’en ai parlé à une dizaine de couples, lors d’une rencontre de préparation au mariage religieux. Pour terminer, et répondre à votre question au sujet du livre Sandra et Timmy, je pense être un peu vieille et trop formée pour ce livre. Quant à la génération d’avant, je pense qu’il est un peu dépassé pour elle. (non, on ne fait plus de « boum » depuis une vingtaine d’anées, on ne parle pas de « nanas » à moins d’avoir plus de 50 ans et un garçon de 17 ans qui ne s’est encore jamais masturbé… ça devient vraiment, vraiment rare!) Pardonnez ma franchise, mais en tant que juriste, je me dois d’être objective et d’aller droit au but… C’est par contre avec plaisir que je vous donnerai, si vous en avez le temps et l’envie, quelques conseils pour le moderniser un peu. En espérant ne pas vous avoir vexé par mon ton légérement sarcastique de la fin, j’aimerais toutefois vous féliciter pour cette méthode exemplaire, et l’application symto free quii est parfait selon moi. Meilleures salutations et une excellente journée, E

Réponse 2018-03-27 19:22:30 Bonjour E
Voici l’endroit pour nous contacter, même si votre compte premium est bloqué, je vous reproduis et réponds dans votre commentaire: « J’ai vu sur le groupe symptothermie France de Facebook que l’appli sympto free n’existerait bientôt plus et qu’il faudrait la payer. Tout d’abord, cela est-il aussi le cas en SUISSE? Ensuite, si cela est le cas, sera-t-on prévenue avant? >> ce changement concerne tout le monde, vous êtes donc déjà avertie et nous précisons la date approximative par notre page Facebook symptothermie France à laquelle je vous prie de vous inscrire. Au lie de payer 30 CHF tous les 6 mois, vous pouvez prendre la sympto PLUS à 16 E, mais nous recommandons les deux pour travailler à l’aise!! La sympto free sera la ruine de la Fondation, c’est clair pourquoi nous devons changer: si au moins les femmes s’engageaient un peu en société pour la symptothermie scientifique unique que vous avez ici, mais ce n’est pas le cas! Je suis à mon cycle 11 (apres 13 mois) alors si je dois tout recommencer à qql semaines d’avoir mon petit d qui se déplace, ça serait rageant 😉 >> pourquoi vous devriez tout recommencer? Il y a un grave malentendu: tout est stocké sur votre accès premium. Bravo pour vos observations, vous vous débrouillez très bien, si tout se passe bien chez vous, vous pourriez avoir 10 jours de rose, à voir, et cela vaudrait la peine d’analyser vos cycle pour voir si on ne peut pas libérer plus de jours roses. Ce n’est pas un problème pour moi de payer 16 euros (il faut bien vivre de qqch 😉 ) Mais est-ce possible de garder le design de sympto free? Personnellement je déteste le graphisme de sympto plus que je trouve infantile, Pas intuitif et où les commentaires n’apparaissent pas directement sur le cyclo, ce qui est franchement pas du tout pratique 😉 >> Merci pour le mot « détester »! On fait tout pour les femmes et on reçoit des claques en retour. C’est votre avis, gardez le pour vous: si vous voulez voir les commentaires du jour, vous n’avez qu’à passer sur le jour en question sur la sympto PLUS. Avec un premium vous pouvez même générer le cyclogramme entier sur le sympto PLUS, mais qui a l’aspect du cyclogramme premium entier. Si ce n’est pas le cas, je tiens à vous avertir que je ne paierai pour cette version de sympto premium que je déteste. Je passerai au papier (car j’en suis capable) même si je trouvais l’application bien plus pratique. Je répète que je comprends que l’appli devient payante, je veux juste garder mon ancienne version. >> La sympto PLUS n’est pas la version premium. Essayer de bien comprendre cela. En payant 30 CHF tous les 6 mois, vous pourrez garder l’ancienne version et vous avez même la possibilité de stocker vos cycles ou de les imprimer par votre accès premium (il ne faut pas tout confondre), ce que vous ne pouvez pas faire maintenant. La plupart des femmes préfèrent travailler avec la sympto PLUS qui a bcp de fonctionnalités que vous ignorez visiblement (avant de juger je souhaite que vous soyez plus objective) et qui n’a pas besoin d’internet et qui vous fait aussi des notifications sur votre téléphone, mais je respecte tout à fait votre goût esthétique. Je reste à votre disposition, aussi téléphonique puisque vous êtes en Suisse, et je vous souhaite une bonne continuation avec sympto! Alors qu’est-ce que vous en pensez du roman Sandra et Timmy? Cordialement Harri Harri Wettstein, Dr en psy +41 21 802 44 18 Secrétaire de la Fondation SymptoTherm 1132 Lully (VD) – SUISSE
Réponse 2018-01-26 10:50:18 Bonjour E, Merci pour ton beau message et ta générosité. Ça fait très plaisir de recevoir un message comme le tien 🙂 C’est super pour tes amies et ton entourage que tu leur parles de la méthode symptothemique. C’est comme ça qu’on aidera de plus en plus de femmes ! Sais-tu qu’au bout de 6 mois d’observations consciencieuses, tu peux demander à devenir ambassadrice Sympto (à valider par une conseillère certifiée) ? Je t’envoie en pièce jointe l’extrait du manuel Sandra et Timmy que tu as gagné grâce à te parainages. Bonne journée à toi aussi ! S, équipe Sympto
Question 2018-01-26 09:39:53 Bonjour! Voilà une année que j’utilise sympto et j’en suis ravie. J’en parle donc beaucoup autours de moi et mes amies sont très intéressées! Je viens d’envoyer 4 e-mails pour du parrainage 🙂 Il me semble que j’ai donc le droit au manuel Sandra et Timmy. J’espère qu’il y aura toujours une version gratuite de l’application. Etant stagiaire, je n’ai qu’un très maigre salaire… Mais une fois que je gagnerai mieux ma vie, je ferai un don car cette application m’a vraiment aidée! Bonne journée, E