Cabinet d’horreur sur le back-office

Voici les exemples de femmes, elles sont rares, qui nous descendent en flammes sans s’être données la peine de voir où elles se sont inscrites. Cela se passe pendant les 15 premiers jours lorsqu’elles auraient droit à un suivi offert! Mais de cela elles s’en foutent comme de l’an quarante. Mais ne devenons pas misogynes, ballayons aussi devant la porte des hommes, ce que nous avons fait avec notre analyse du porno, voir harri-wettstein.de !

Les raisons sont multiples:

– sur internet, vous ne voyez pas l’interlocuteur, donc vous pouvez lui lancer à la figue tout ce que vous voulez si vous êtes un brin irrité; c’est l’irrespect de la nettiquette, très courant;

– les femmes qui nous agressent ne savent rien de leur cycle, plus précisément elles prétendent tout savoir et nous le font vertement savoir mais elles refusent de s’observer et nous déchirent sur les réseaux;

– Qu’il y ait eu tout un travail très conséquent et des investissements tout aussi importants pour monter sympto, tout un travail d’équipe, souvent bénévole et que nous proposons tout gratuitement à part les conseils, cela ne leur fait ni froid ni chaud. Elles sont simplement inconscientes de ce fait. Pour cela elles sont excusées mais pas pour l’irrespect qu’elles témoignent indirectement à l’égard de leur corps et leur cycle.

– Notre but c’est de nous faire respecter, de faire passer la connaissance de la sympto aux 99.999 % qui n’y connaissent rien à cause la désinformation ambiante, la désintoxication faudrait-il dire plus précisément, impensable à notre époque, mais réelle tout de même.

– Notre pratique a été jusqu’à présent de répondre et d’essayer d’avoir un dialogue, mais l’expérience nous montre que c’est souvent peine perdue, pas toujours, mais souvent. Est-ce qu’il faut désormais simplement laisser tomber ces gens?

En attendant de savoir comment traiter es cas, je souhaite les recueillir ici pour que chacun puisse apprendre quelque chose de caché sur l’humanité

1) Une femme nous descend avec son mec, plus abject, tu meures

Bonjour très cher Harri,

Je suis le mari de Madame D. Au vu de vos messages, je vois que votre côté « philosophe » se situe au niveau de la pensée unique où vous êtes le mâle dominant sans pour autant jamais vous mettre, ne serait-ce qu’une seule seconde, en question. Votre vie doit être d’un ennui sans pareille !

Ensuite, au vu de votre doctorat en psychologie, je pense également que vous avez dû louper quelques chapitres essentiels de votre cursus. Votre communication étant totalement déplacée. D’après les critiques faites sur votre application et site, je vois que vous êtes un habitué de ce genre de figure de style et ce, malgré, les rappels à l’ordre de votre responsable en communication.

Vu la pauvreté de votre site Internet en matière de protection de l’utilisateur (même si je préfère « client » étant donné que vous proposer des « services » payants) et de ses droits, notamment la possibilité d’une désinscription à tout moment via une simple demande ou un formulaire prévu à cet effet.
A la suite de cette remarque, je me permets de vous demander expressément la suppression de cette adresse « emiliedehanpetit@gmail.com » de votre base de donnée afin que tout soit réglé de manière définitive.

Cordialement,
L

ma réponse en 2 temps, je n’ai pas reçu de retour:

Cher Monsieur vous m’accusez de « pensée unique » et de « mâle dominant » et vous moquez de mon titre académique: avouez que c’est sortir le grand jeu sans me connaître. Sans aller voir mes publications. Donnez-moi les preuves de ce que vous dites. Je cède demain ma place à une femme (ou à un homme), mais il faut qu’elle puisse assumer les frais du système (toujours déficitaire) et d’être à même de recruter des femmes qui veulent apprendre vraiment et pas juste critiquer sans s’observer, le cas de votre femme, que j’ai pourtant donné un accès premium pour mieux travailler. J’essaie d’être constructif. Elle me dit qu’elle a lu le manuel, je lui suggère de relire les passages sur l’allaitement et elles s’en offusque: je le répète: nous nous adressons à des femmes qui veulent s’engager et changer le monde, pas à des consommatrices (qui ont toujours raison) qui ne consomment même pas. C’est quand même étonnant que les femmes ne s’engagent pas davantage pour cette cause, vous ne trouvez pas? Je ferais bien volontier autre chose! Dites-moi si vous avez trouvé un meilleur système francophone, anglophone ou germanophone! Ce serait intéressent car on peut toujours s’améliorer. Excellent WE HW
Réponse 2016-08-05 11:44:28 Bonjour Monsieur, Puisque vous êtes un homme, je pense pouvoir m’adresser à quelqu’un qui peut aussi comprendre sans polémiquer: Les CA prévoient la désactivation du compte, c’est fait. La protection des données est totale. Est-ce que vous pouvez me montrer les failles? Vous connaissez donc Pryska qui s’occupe de la communication? Bon WE Harri Wettstein, Dr en psy +41 21 802 44 18 Secrétaire de la Fondation SymptoTherm 1132 Lully (VD) – SUISSE

2) une américaine:

Plus reçu de retour à cette réponse:

Hi Your account is deactivated. We are sorry that our app is not pleasing you and my English making you nervous. But an American study shows that we are the best symptothermal App. http://www.sympto.org/etude2014_en.html We are a non profit oriented Foundation with very limited means; all the same women have the free version of the complete Manual (in very good English) and the best educational tool and the free app I think that natural contraception is a serious matter and the method should be learned properly before you can judge. Of course, we respect any choice, but in medical situations, you have to have an informed consent and this consent means that you know exactly what the app is about. We would like to know which app you find better and which is better! Excellent WE Harri Wettstein PhD Secretary of SymptoTherm Foundation +41 21 802 44 18 1132 Lully (VD) – SWITZERLAND
Question

2016-08-05 15:33:40 Please DELETE this account. I tried the app, and words cannot describe how awful it is. Not user-friendly at all.

c’est moi qui souligne: c’est quand même plus que culotté de cette amerlotte! On en prend un sacré coup.

Question 2016-08-05 15:30:09 The app just isn’t user-friendly (in my opinion). I don’t like it. As far as I’m aware, I’m allowed an opinion, and control over my choices in this matter. Shockingly, the broken-English emails I’ve received didn’t convince me that this app is worth investing any time or research in. PLEASE delete my account. (2nd request)

Réponse 2016-08-05 06:25:33 Ps: which appears can give you this guarantee ? Legal Reminder/ Disclaimer: sympto is effective: Please refer to the clinical studies page on our site, especially: http://www.sympto.org/etude2014_en.html where sympto has been confirmed as the best app by an American study. Remember: sympto can only interpret valid observations. Inaccurate observations will diminish effectiveness. You must have used sympto for six months and have communicated with a sympto counselor; you may also enter six previous cycles and we will validate them for free. In addition, you have to take some personal consultations by Skype, Hangout, telephone with your personal sympto trainer. Without this requirements we cannot guarantee the accuracy and absolute effectiveness of the method
.
Réponse 2016-08-05 06:22:36 Hi Welcome on sympto. Please try it correctly before criticising our whole work. Did you see the manual? What is not user friendly ? Many thanks for your advise Harri Wettstein PhD Secretary of SymptoTherm Foundation +41 21 802 44 18 1132 Lully (VD) – SWITZERLAND

Question 2016-08-04 21:28:37 Please DELETE this account. I tried the app, and words cannot describe how awful it is. Not user-friendly at all.

Publicités

Etat des lieux pas très réjouissant…

Attention: du nouveau nous avons reçu le paquet sympto Open source, mais d’abord un rappel hyper important:
Nous qui avons commencé à promouvoir la Methode symptothermique (MST) avons finalement choisi le mot Approche symptothermique pour éviter le raccourci MST, maladie sexuellement transmissibles, pour, en fin de compte, en arriver à la Symptothermie et sympto et voilà quelqu’un sur le AppStore nous vole le mot Methode ST sur Apple… ce n’est pas grave.
C’est bien que d’autres se réveillent mais nos utilisatrices ne devraient pas discuter gadget et pestiférer sur les autres (comme d’autres femmes nous pestifèrent genre « la sympto free sur iOS n’est pas assez « ergnonomique » – évidemment ce n’est pas une standalone): nos femmes et nos couples devraient profiter de l’interprétation de sympto comme d’un programme de comptabilité pour finalement mieux s’observer, pour être mieux en couple, pour mieux sentir le corps quitte à ne plus avoir besoin de sympto, c’est le but bien avoué aussi dans notre manuel dont on peut être fier quand d’autres se lancent avec des explications fragmentaires et incomplètes et surtout incohérentes sur leur applis.
Cette tendance maniaque qui existe surtout en Amérique à comparer des appli gadgets est dévastatrice pour notre cause: il faut mobiliser les femmes à s’observer et non pas à télécharger x applis pour les démolir sans les avoir essayé : voilà la réalité actuelle de ces femmes éclairées, j’en ai un cas dont je reproduit la discussion sur mon blog perso:
https://wordpress.com/stats/insights/sympto.wordpress.com
On est bien d’accord que l’ergonomie de la sympto free sur Iphone, critiqué par certaines utilisatrices « pètent plus haut que leur cul » n’est pas parfaite, mais elle est gratuite. Après, la femme ne peut apprendre rien qu’avec une appli et quelques explications sommaires qu’elle trouve sur l’appli, c’est se moquer du monde, et les femmes qui marchent dans cette combine sont totalement désinformées ou alors pas émancipées du tout; la sympto free iPhone a besoin d’un site avec des explications complètes comme aussi mynfp.de, notre concurrent allemand avec qui nous sommes toujours en contact.
N’oubliez pas que nous avons le même développeur appli, comundus.com! J’aime la concurrence, mais la bonne, pas la concurrence déloyale, celle qui fabrique des applis où les femmes peut chatter sur la sexualité orale et anale (Glow); celle qui propose une vraie appli symptpthermique, celles que nous avons analysées dans nos études (allez voir et comprendre!). Ces études deviennent de plus en plus importantes mais les gens en sont encore loin à comprendre ce que nous avons fait.
Et, j’y arrive, que nous avons une nouvelle version Open source qui nous a passablement coûté d’argent mais aussi sécurisé et amélioré le système: on n’a plus de problèmes de synchros avec la sympto PLUS. Nous préférions 1000 fois que les développeurs, plutôt de réinventer – mal – la roue, prennent nos codes sources pour améliorer et rendre la sympto encore plus conviviale. Oui on peut, j’ai aussi mes idées. Il faut que toutes les utilisatrices et couples sympto comprennent cela, c’est une autre manière encore de faire connaître la méthode qui n’est toujours pas reconnu par le corps médical! Lorsque que la méthode sera connue par un large public, on verra bien ce que les femmes vont choisir. Actuellement, on est dans la guerre des chapelles des groupuscules sectaires qui empêchent la diffusion de la méthode…

blocage des catholiques, surtout des « grandes pointures »

Mon commentaire:
Nous on est là pour secouer la conscience des gens, des catholiques aussi. Se faire humble quand on a de la renommée, c’est évidemment pas chose gagnée d’avance.
Donc si on met à nu des dysfonctionnements et incohérences gravissimes d’une organisation alors quelle aurait tout intérêt à faire ce petit changement dans leur communication que nous leur proposons, on est tout de suite taxé de culpabilisateur et de moraliste…

ce que je lui ai répondu:

Cher J,

Je sais que tu as beaucoup à écrire et à faire mais je te demande de bien vouloir lire tout mon message et de me répondre à tête reposée.

Bien cordialement
Harri

Harri, je n’aime pas du tout le ton de ton message. Je l’avais senti au départ, mais là ça se confirme: tu est culpabilisant et moralisateur. Tu n’arriveras à rien avec ce langage. Tu me reproches de ne pas avoir parlé de méthodes naturelles avec ces jeunes. Je t’ai dit que je n’ai pas eu le temps, qu’ils ne m’ont même pas posé des questions sur ces méthodes, car ils ne vivent même pas en couple et ils veulent s’épanouir sur le chemin de la chasteté. En écrivant qu’en ne vous aidant pas, je fais le lit de l’industrie, tu poses un jugement de valeurs. Tu ne connais rien de mon engagement avec mon épouse. En traitant de sectaires Serena et Bilings, regarde comment tu t’y prends.
Je suis parfaitement conscient et au courant de tout ce que tu m’écris, mais avec le ton négatif comme le tien, tu te fermes des portes.
Dommage.

J

> Le 2014-10-31 à 12:06, Harri Wettstein a écrit :
>
> Merci J pour tes réflexions que tu me fais partager!
>
> C’est rendre honneur aux cathos qui on développé la méthode voici 30 – 40 ans, que de défendre la symptothermie; les protestants et autres évangéliques n’ont aucune sensibilité par rapport à la théologie du corps pour l’instant. Donc ma démarche est là pour essayer d’ouvrir les yeux aux cathos et écolos d’abord, les autres chrétiens viendront ensuite, je les connais trop bien, je suis protestant.
>
> Avec mes groupes de jeûne, j’avais bien plus de succès dans les paroisses catholiques!
>
> Ce que je reproche à Serena, Billings et autres associations, devenues carrément sectaires (par derrière, par devant on se donne cool), c’est de ne pas se remettre en question, par exemple, en améliorant leur méthode, en la mettant sur les applications (donc on affiche la modernité sans la vivre, je ne veux pas les culpabiliser mais les réveiller). C’est inadmissible et contraire à Humanae vitae qui souhaitait que la méthode soit affinée, améliorée, ce que nous avons fait. Sinon, comme dit Jean-Paul II, la femme doit sans arrêt craindre une grossesse non désirée, c’est le premier souci à enlever.
>
> Apprendre à remplir des fiches au crayon et dire aux couples qui veulent décrocher de la pilule « attention, c’est l’abstinence pendant les jours fertile et rien d’autre » (en plus avec une méthode qui délimite mal la phase fertile), ces organismes créent un énorme malaise chez et un rejet par les jeunes couples catholiques. Ce sont eux qui culpabilisent et pour rien!
>
> Nous on ne culpabilise pas du tout: on dit au couple de choisir pendant la phase fertile et de savoir qu’il y a des risques avec le préso, surtout en phase très fertile. De toute façon les hommes n’aiment pas le préso à la longue, ce n’est donc pas un sujet majeur dans un couple stable, un sujet passager qui peut avoir sa place pendant la phase d’apprentissage. Mais cette liberté que le couple assumera à sa manière nous est farouchement reprochée par Serena, Billings, etc. Ils ont essayé plusieurs fois aussi de nous culpabiliser, de nous mettre au pilori, et comme ils n’avaient pas de succès, ils nous ont exclus des congrès internationaux. Voilà le dialogue inter-religieux!
>
> Mais avec leur attitude de ne pas mettre cette information partout (de ne pas parler du sujet, de l’éviter comme toi), de ne pas améliorer leur méthode, de ne pas chercher une approche pastorale et psychologique, ils mettent la lumière sous le boisseau. On vit quand même une époque de l’écologie et une chose si précieuse que le corps a droit à un maximum de respect.
>
> Tu ne leur as pas parlé de la sympto: comment veux-tu que les jeunes sachent que parmi les méthodes naturelles, décirées comme « pas fiables et compliquées », donc totalement désuètes, il y en a une, la symptothermie, qui est tout à fait efficace? Par la rétention d’information tu les prives du choix éclairé.
>
> Parler de la sexualité sans parler de la contraception, c’est continuer à séparer la sexualité de l’ensemble du corps et de la personne dont fait partie la fertilité! On va droit vers les solutions « gender » à la Apple/Facebook qui donnent 20’000 $ aux femmes pour qu’elles congèlent leur ovules en vue d’une fertilisation in vitro 20 ans plus tard. C’est aussi jouer le jeux des manuels qu’on trouve en librairie sur la sexualité: « arrêtons cette fertilité embêtante », c’est leur message de fond, pour pouvoir nous consacrer entièrement à la sexualité, pense-t-on. Mais quelle sexualité? Et combien de femmes sont vraiment satisfaites de la contraception hormonale avec tous les effets secondaires? Elles souffrent en silence, elle n’osent pas exprimer leur désarroi car tout de suite taxées de ringardes ou rétrogrades. Tu connais très bien ces effets, je ne dois pas en rajouter. Mais c’est la femme qui doit être l’esclave de la contraception.
>
> En effet, ce « marché » symptothermique est presque mûr chez les cathos et chez les écolos de tout bord! Le Magister dit quelque chose de tout à fait vivable pourvu que la méthode qui tienne la route! Cette méthode existe. Et c’est notre ministère chrétien de ouvrir ce marché. Pour son marketing très subtile, la pharma en dépense des milliards, et nous, avec trois fois rien, du bénévolat (cela frise le martyre), si nous avons une attitude de marketing, « un bon produit à vendre », cela nous est reproché. En ne nous aidons pas, tu fais le lit de l’industrie pharmaceutique. Ce que nous vendons, c’est essentiellement des conseils de femmes pour que d’autres femmes puissent apprendre la méthode, connaître leur corps et d’avoir une meilleure vie de couple.
>
> Excuse-moi d’avoir été direct et entier, je te remercie de m’avoir lu. Tes commentaires sont toujours très appréciés!
> Excellent WE
> Harri
>
>
>
>
>
>
>
>
>
>
> Le 31.10.14 15:35, J a écrit :
>> Bonjour Harri
>>
>> C’est une fausse impression. Je l’ai écrit, si j’ai effacé ton message, c’est à cause de ce que tu as écrit sur Serena qui font un bon travail. De plus, la sexualité est un thème tellement vaste, il ne faut pas la réduire à la symptothermie. Je n’ai même pas eu l’occasion et le temps d’en parler le soir avec les jeunes. Ce thème demandera une soirée à elle seule. Par contre, les cathos, comme les protestants, ont une conscience, et ce qui en est de la contraception, c’est personnel à eux, même si l’Église catholique prône les méthodes naturelles (je pense d’ailleurs que c’est la seule qui va aussi loin, d’où peut-être ton malaise, tu t’attends à ce que les pathos embarquent. Est-ce que les protestants vont aussi loin dans leurs discours, je ne sais pas). De toute façon, je ne pense pas qu’il faille culpabiliser, il faut surtout respecter les personnes dans leurs choix. On leur propose les différentes méthodes, mais c’est à elles de choisir. Si on refuse que tu en parles, c’est peut-être parce que c’est trop ton truc, que ça fait trop marketing, que tu veux vendre quelque chose. Je ne sais pas. À toi de te questionner sur ton approche, sans nécessairement envoyer la balle aux cathos qui te semblent avoir des préjugés. Et les autres? C’est un problème de société.
>>
>> Bon courage. Continuons à prôner l’amour et le respect de la nature.
>>
>> J
>>
>>
>>> Le 2014-10-31 à 06:26, Harri Wettstein a écrit :
>>>
>>> Bonjour Jacques
>>>
>>> Je suis intervenu sur ton blog lorsque tu avais annoncé la soirée sur la jeunesse et la sexualité mais mes commentaires ont été effacés.
>>>
>>> Cela me donne la triste impression que notre cause pour une symptothermie moderne, efficace et écologique tombe totalement en désuétude chez les cathos: il semble très gênant d’en parler, surtout pour rectifier les préjugés et idées reçues de certains catholiques qui te trouveront toujours une bonne excuse pour écarter ce sujet ou pour maintenir les préjugés.
>>>
>>> Est-ce que tu aurais l’amabilité de me répondre à mes interrogations?
>>>
>>> Excellent WE
>>> Harri
>>>
>>> —
>>> Harri Wettstein, Dr en psy.
>>>
>>> Sécheron 8 – CH-1132 Lully VD
>>> phone +41 21 802 44 18 fax +41 21 802 37 35
>>> skype: sympto.ch
>>> harri-wettstein.de
>>> http://www.symptotherm.ch, http://www.sympto.org & Symptos.ch
>>>
>>>
>>> Bonjour J,
>>>
>>> Merci infiniment de tes lumières!
>>>
>>> Il y aurait quand même le côté écologique à exploiter, rien n’empêche les Cathos à en parler au moins dans les écoles catholiques et à mettre une bonne information dans tous les lieux de culte et de paroisses. Mais cela ne se fait pas. L’Église pourrait être audible si elle exploitait toutes les mesures à sa disposition et elle en a.
>>>
>>> Si on chemine avec les couples, il faut être prêt à leur offrir quelques chose d’attrayant, une belle application avec un bon programme d’interprétation, avec un service de conseillères fiable et rapide, etc. Serena pourrait se servir de sympto mais elles préfèrent rester dans les années 80! Une approche moderne n’empêche pas la femme d’apprendre une vraie démarche, pas seulement une technique, au service de la famille.
>>>
>>> Désolé mais je trouve ton argument un peu court.
>>>
>>> Bonne suite
>>> Harri
>>>
>>>
>>> Le 12.05.14 14:31, Jacques Gauthier a écrit :
>>>> Bonjour Harri
>>>>
>>>> 1) L’Église au Canada n’a plus vraiment d’audience. Elle diffuse par petits groupes Serena, mais c’est dans le désert. La mentalité contraceptive est trop puissante. Les jeunes en général sont ailleurs. Les prêtres sont débordés.
>>>>
>>>> 2) Pour Serena, c’est toujours une question de temps, d’engagement, de ressources humaines. Ça se fait à petits pas et à la demande des couples, mais ça se fait.
>>>>
>>>> 3) Pour la préparation au mariage, le programme est très chargé. Ce ne sont plus tellement les prêtres que les laïcs qui donnent la formation. La régulation des naissances est une question parmi d’autres, et elle doit être donnée dans une rencontre sur la sexualité, la fécondité et la fidélité. Beaucoup trop d’éléments importants en une heure ou deux. Souvent, on donne l’adresse de Serena ou Billings, et si des couples sont intéressés, ils appellent. Mais, ici comme ailleurs, on chemine avec les couples, là où ils sont rendus, et on propose, tout en respectant leurs consciences. On ne peut que témoigner ce que l’on vit, et si les couples engagés ne vivent pas la symptothermie, alors ils n’en parlent pas.
>>>>
>>>> Le défi est immense face à une société marchande et individualiste qui mise sur le plaisir et l’instantanéité. C’est un problème de civilisation. L’Église a une parole, mais comme celle de Jean Baptiste, elle retentit dans le désert. Continuons tout de même à partager ce beau projet de vie d’une sexualité responsable, féconde, fidèle et vraie.
>>>>
>>>> J
>>>>
>>>>
>>>> Le 2014-05-12 à 06:29, Harri Wettstein a écrit :
>>>>
>>>>> Bonjour J,
>>>>>
>>>>> je te suis occasionnellement sur fc et j’admire ton assiduité.
>>>>>
>>>>> Je t’écris à cause de sympto.org, notre grand projet de vie, et j’aimerais avoir tes lumières à ce propos:
>>>>>
>>>>> 1) pourquoi l’Eglise ne diffuse pas cette information sur le cycle féminin à grand échelle, à tout le monde? Pourquoi Serena n’est-elle pas mieux connue au Canada? Elle devrait être massivement soutenu par l’Eglise et ne pas figurer comme la petite dernière…
>>>>>
>>>>> car: cela changerait le monde en quelques semaine et redorerait grandement le blason de l’Église auprès de la jeune génération.
>>>>>
>>>>> 2) Si la régulation naturelle des naissance est fiable et, en plus écologique, pourquoi l’Eglise ne développe-t-elle pas une bonne application téléphonique? (On veut difficilement se faire opérer par un chirurgien qui utilise le méthodes des années 1980: pourquoi alors – avec Serena – avoir une méthode « naturelle » des années 80??)
>>>>>
>>>>> 3) Je pense qu’il y a aussi un sérieux problème pastoral: quand le prêtre donne une préparation au mariage, très souvent, le couple manque pour la partie Régulation naturelle des naissance » car vivant déjà ensemble et pratiquant une contraception hormonale…
>>>>>
>>>>> Je sais que tu travailles ces jours avec les prêtres: ce serait un bon sujet de discussion, ou bien?
>>>>>
>>>>> Comment faire connaître la symptothermie chez les catholiques autrement?
>>>>>
>>>>> Belle conférence!
>>>>> Harri
>>>>> —
>>>>> Harri Wettstein, Dr en psy.
>>>>>
>>>>> Sécheron 8 – CH-1132 Lully VD
>>>>> phone +41 21 802 44 18 fax +41 21 802 37 35
>>>>> skype: sympto.ch
>>>>> harri-wettstein.de
>>>>> http://www.symptotherm.ch, http://www.sympto.org & Symptos.ch
>>>>>
>>>>>
>>>>>
>>>>>
>>>>>
>>>>> Le 10.05.14 19:08, J
>>>>>> Bonjour Harri
>>>>>>
>>>>>> Ce courriel est le bas, tu peux m’écrire à cette adresse.
>>>>>>
>>>>>> À bientôt.
>>>>>>
>>>>>> J
>>>>>>
>>>>>> Le 2014-05-10 à 11:25, Harri Wettstein a écrit :
>>>>>>
>>>>>>> Bonjour J,
>>>>>>>
>>>>>>> C’est Harri, auteur du « Le jeûne pour la vie » qui t’écrit.
>>>>>>>
>>>>>>> Une nouvelle version électronique augmentée de ce livre sera bientôt prête mais je voulais t’écrire à propos d’un tout autre domaine qui nous préoccupe beaucoup, Christine et moi, visible sur sympto.org.
>>>>>>>
>>>>>>> J’ai un email jacgau@aei.ch et jacgau@sympatico.ca: lequel est le bon?
>>>>>>>
>>>>>>> Au plaisir d’avoir de tes nouvelles.
>>>>>>>
>>>>>>> Merci et un très bon dimanche!
>>>>>>>
>>>>>>> Harri
>>>>>>>
>>>>>>> —
>>>>>>> Harri Wettstein, Dr en psy.
>>>>>>>
>>>>>>> Sécheron 8 – CH-1132 Lully VD
>>>>>>> phone +41 21 802 44 18 fax +41 21 802 37 35
>>>>>>> skype: sympto.ch
>>>>>>> harri-wettstein.de
>>>>>>> http://www.symptotherm.ch, http://www.sympto.org & Symptos.ch
>>>>>>
>>>>>
>>>>>
>>>>
>>>
>>>
>>
>
>
> —

Un fan de sympto! Un homme !!!

Bonjour, non mon adresse est encore incomplète. Je vais la compléter. Je suis assez parano car je travaille dans l’informatique et j’analyse beaucoup ce qu’il se passe actuellement dans le numérique. Concernant votre proposition d’envoi de votre livre, je vous remercie infiniment pour cette attention, mais sachez que j’ai votre livre depuis quelques temps, et je l’ai dévoré. Et, j’ai aussi Que se passe t il dans mon corps que j’ai remis à ma fille en lui expliquant les principes de la symptothermie pour éventuellement dans quelques mois ou année car elle n’a que 12 ans. Oui, je crois que je suis en quelques sorte un fan de la symptothermie et de votre fondation, il ne me reste qu’à convaincre à la maison. Ne vous inquiétez pas je vais largement poursuivre les tests pour vous aider à améliorer le logiciel, si cela vous convient bien sûr. Cela sera une forme de don pour moi à votre association qui fait un travail incroyable et d’une utilité telle qu’elle mérite d’être bien davantage connue. Donc nul besoin de nous faire des cadeaux, je vous prie de recevoir toute ma reconnaissance de vos travaux par cette bien maigre participation. Je reste encore curieux de savoir comment vont se dérouler les bilans des cycles, pouvez-vous nous en dire un peu plus ? A très bientôt, A

La saga de l’accréditation européenne CE: sympto un outil didactique ou un dispositif médical?

Monsieur,

La Fondation a planché sur cette problématique et prend position comme suit:

– La Fondation a mis sur le marché un logiciel didactique en 2006 déjà et, depuis 2009, lors de l’avènement du iphone et des AppStores, nous avons mis une 2e version, sensiblement améliorée. Nous ne comprenons pas que vous ne nous ayez pas contacté déjà ces dernières années et nous sommes très surpris de ce manque d’attention de votre part. Une explication de votre part ne serait pas de trop.

– Vous gardez le silence par rapport aux applications type calendrier qui pullulent sur internet et qui « prédisent » par exemple des ovulations, le retour des règles et ce genre d’impossibilités. Vous restez muets face à des dispositifs qu’on pourrait effectivement assimiler à un dispositif médical puisqu’un simple input permet d’avoir des résultats faux mais précis et qui, de ce fait, sont des dispositifs à bannir absolument car ne correspondant pas à la réalité du cycle féminin qui ne se laisse pas prédire. Nous vous exhortons de devenir actifs à l’encontre de ces programmes bidons et que vous les bannissiez du domaine public.

– C’est par un acte performatif – donc sans aucune explication, par simple décret autoritaire de votre part – que vous proclamez que sympto est assimilable à un dispositif médical. Ce jugement de votre part dénote une méconnaissance colossale par rapport à ce que fait et est sympto qui, je le répète, est un outil didactique et non pas un dispositif médical au sens de la loi. Si sympto était un tel dispositif, vous devriez aussi considérer les manuels symptothermiques qui existent depuis une 40e d’années comme des dispositifs médicaux. Ce qui est évidemment absurde. Ce n’est pas à nous de vous expliquer ce que sympto fait et de vous fournir le fardeau de la preuve, c’est à vous, si vous voulez ouvrir une procédure contre nous, de prouver que vous pouvez assimiler sympto à par exemple à un appareil du type Persona ou LadyComp ou à une application prédictive.

Dans le cas d’une telle procédure, je me réserve le droit de rouvrir notre dossier contre le livret mensonger de Bayer que vous avez cautionné « Tout ce que je souhaite savoir sur la contraception » où la symptothermie et faussement et honteusement assimilé à une méthode « du calendrier » et au coït interrompu.

Dans cette attente, recevez Monsieur, mes salutations respectueuses

Dr. Harri Wettstein

Secretary of SymptoTherm Foundation

Sécheron 8 – 1132 Lully VD

Switzerland

phone +41 21 802 44 18 fax +41 21 802 37 35

skype: sympto.ch

sites: http://www.sympto.org, http://www.symptotherm.ch, Symptos.ch & harri-wettstein.de

Monsieur,

Je vous remercie de votre réponse rapide.

Veuillez nous donner un délai de réflexion jusqu’à fin mai pour que nous puissions vous préciser notre démarche. En même temps, je vous prie de bien vouloir me dire ce que vous ferez avec les autres applications sur le marché dont une en Suisse « Lady Cycle ».

En effet, nous travaillons dans un secteur non (encore) reconnu par les médecins qui vivent de leur pilule. En 14 ans nous avons monté sympto.org qui fonctionne à merveille depuis 2009 mais nous ne gagnons pratiquement rien pour l’instant et chaque année nous devons ajouter des fonds pour continuer. Ce sont plusieurs millions à fonds perdu. Si nous pouvions tourner avec sympto, le cas serait différent.

Fait décisif: l’accès à sympto.org est gratuit depuis les Smart- et iPhones, ce qui ne l’est pas, ce sont des conseils pour apprendre la méthode. Le produit Marguerite, accès illimité premium, n’est quasiment jamais acheté. Les choses que nous vendons sont des livres et des thermomètres des tiers.

Est-ce que dans cette situation, nous avons vraiment besoin d’une certification coûteuse dont les médecins vont se moquer de toute façon et qui ne nous permettra pas à mieux nous positionner dans ce marché féminin où règne la désinformation et l’ignorance de notre public cibler?

Je vous remercie de me dire clairement de ce que vous pensez de notre avenir et de ce que je viens de dire.

Meilleures salutations


Dr. Harri Wettstein
Secretary of SymptoTherm Foundation
Sécheron 8 – 1132 Lully VD
Switzerland
phone +41 21 802 44 18 fax +41 21 802 37 35
skype: sympto.ch
sites: http://www.sympto.org, http://www.symptotherm.ch, Symptos.ch &
harri-wettstein.de

Le 02.04.14 11:12, Jose.Berdoz@swissmedic.ch a écrit :
>
> Monsieur,
>
>
>
> Nous vous remercions de votre réponse.
>
>
>
> Tout d’abord, vous trouverez beaucoup de renseignements sur les dispositifs médicaux sur notre site internet :
>
> Guide sur la réglementation des dispositifs médicaux consultable sous : https://www.swissmedic.ch/medizinprodukte/00287/index.html?lang=fr
>
>
>
> Dans ce Guide vous trouverez également les liens avec les textes législatifs, notamment avec l’Ordonnance sur les dispositifs médicaux (ODim, RS 812.213) et avec la Directive européenne 93/42/CEE relative aux dispositifs médicaux.
>
>
>
> Si les softwares utilisés dans un but de contraception ne sont pas marqués CE et donc pas en conformité avec les exigences légales, ils doivent être mis en conformité dans un délai raisonnable.
>
> Il s’agit en particulier et en priorité des softwares qui sont utilisés par des femmes qui prennent une décision personnelle après avoir utilisé ces softwares.
>
> Les softwares uniquement utilisés dans des buts didactiques et sur la base desquels aucune décision personnelle n’est prise ne sont pas concernés.
>
>
>
> Afin de mettre en conformité ces softwares, vous devez prendre contact avec un consultant spécialisé dans les dispositifs médicaux et qui connaît les softwares.
>
> Swissmedic ne peut pas vous conseiller, ni pour la mise en conformité, ni pour le choix d’un consultant.
>
>
>
> En cas de poursuite de la mise à disposition des softwares à but de contraception hors des exigences légales, Swissmedic va ouvrir une procédure administrative à l’encontre de la Fondation qui peut avoir des suites quant à l’activité de la Fondation. Des frais de surveillance du marché seront également facturés à la Fondation.
>
>
>
> Nous vous prions, par conséquent, de nous informer jusqu’au 11 avril 2014 de la suite que vous donnez à ce courrier et quelles mesures vous avez prises.
>
>
>
> Nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos salutations distinguées.
>
>
>
> J. Berdoz
>
>
>
> —
>
> Swissmedic, Swiss Agency for Therapeutic Products
>
> José Berdoz, Ph.D.
>
> Inspector
>
> Medical Devices Division
>
> Hallerstrasse 7
>
> CH-3000 Berne 9
>
> Phone +41 31 323 22 34 / Fax +41 31 322 76 46
>
> jose.berdoz@swissmedic.ch
>
> http://www.swissmedic.ch/md
>
>
>
>
>
> De : Harri Wettstein [mailto:info@symptotherm.ch]
> Envoyé : mardi 1 avril 2014 10:32
> À : Berdoz José Swissmedic
> Objet : Re: TR: MD3816 // Abgrenzungsfrage von sympto.org
>
>
>
> Bonjour Monsieur
>
> Merci de toutes ces clarifications. En effet, le programme didactique et d’interprétation sympto ne porte pas de marquage CE. J’ai plusieurs questions à ce sujet:
>
> 1) Où devrait être placé ce marquage: sur le site sympto.org, et sur les applications sympto? Est-ce qu’il y a des indications légales à ce sujet? Pourriez-vous nous envoyer un pdf de ces lois?
>
> 2) Que devrions-nous faire pour avoir ce marquage CE, quel processus à parcourir, seul ou avec qui?
>
> 3) Et quels sont les coûts liés à une telle procédure?
>
> 4) Que se passe-t-il si nous ne nous soumettons pas, pour une raison encore inconnue (car il y a une 60e d’applications sur les App- et Google Stores, non certifiées), à une procédure de reconnaissance CE? Quelles sont les mesures prises à l’encontre de ces applications et envers nous?
>
> Je vous remercie de votre prompte réponse
>
> Cordialement
>
> —
> Dr. Harri Wettstein
> Secretary of SymptoTherm Foundation
> Sécheron 8 – 1132 Lully VD
> Switzerland
> phone +41 21 802 44 18 fax +41 21 802 37 35
> skype: sympto.ch
> sites: http://www.sympto.org, http://www.symptotherm.ch, Symptos.ch &
> harri-wettstein.de
>
>
>
>
> Le 31.03.14 16:01, Jose.Berdoz@swissmedic.ch a écrit :
>
> Monsieur,
>
>
>
> Nous avons bien reçu votre question et vous en remercions.
>
>
>
> La définition de dispositif médical est donnée à l’art. 1 al. 1 de l’Ordonnance sur les dispositifs médicaux (ODim, RS 812.213) :
>
> 1 Par dispositifs médicaux, on entend tous les instruments, appareils, équipements, logiciels, substances, accessoires et autres ustensiles médico-techniques, utilisés seuls ou en association, y compris les logiciels destinés à être utilisés spécifiquement à des fins diagnostique ou thérapeutique, et nécessaires au bon fonctionnement de ceux-ci:
>
> a. destinés à être appliqués à l’être humain;
>
> b. dont l’action principale voulue dans ou sur le corps humain n’est pas obtenue par des moyens pharmacologiques, immunologiques ou métaboliques, mais dont l’action peut être soutenue par ces moyens; et
>
> c. qui servent:
>
> 1. à reconnaître, prévenir, surveiller, traiter ou atténuer des maladies,
>
> 2. à reconnaître, surveiller, traiter ou atténuer des lésions ou des handicaps ou à compenser des handicaps,
>
> 3. à analyser ou à modifier la structure anatomique, à remplacer des parties de la structure anatomique ou à analyser, modifier ou remplacer un processus physiologique,
>
> 4. à réglementer la conception ou à poser des diagnostics liés à la conception.
>
>
>
> Par conséquent, les thermomètres électroniques utilisés pour la contraception répondent à cette définition et sont mis sur le marché comme dispositifs médicaux de classe IIb (voir Directive 93/42/CEE, annexe IX, règle 14).
>
>
>
> Les softwares (logiciels) utilisés dans un but de contraception sont aussi des dispositifs médicaux, ils sont inclus dans la définition ci-dessus.
>
>
>
> Par conséquent, aussi bien les thermomètres que les softwares doivent porter un marquage CE qui est apposé sur les dispositifs médicaux qui remplissent les exigences de l’ODim et de la Directive 93/42/CEE relative aux dispositifs médicaux.
>
>
>
> Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, notamment dans le cas éventuel où les softwares ne porteraient pas de marquage CE.
>
>
>
> Nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos salutations distinguées.
>
>
>
> J. Berdoz
>
>
>
> —
>
> Swissmedic, Swiss Agency for Therapeutic Products
>
> José Berdoz, Ph.D.
>
> Inspector
>
> Medical Devices Division
>
> Hallerstrasse 7
>
> CH-3000 Berne 9
>
> Phone +41 31 323 22 34 / Fax +41 31 322 76 46
>
> jose.berdoz@swissmedic.ch
>
> http://www.swissmedic.ch/md
>
>
>
>
>
> —–Ursprüngliche Nachricht—–
>
> Von: Harri Wettstein [mailto:info@symptotherm.ch]
>
> Gesendet: Donnerstag, 27. März 2014 18:51
>
> An: _SMC-medical.devices
>
> Betreff: MD3816 // Abgrenzungsfrage von sympto.org
>
>
>
> Guten Tag,
>
>
>
> Auf Ihrer Webseite:
>
>
>
> https://www.swissmedic.ch/marktueberwachung/00135/00136/00140/00141/00145/index.html?lang=de
>
>
>
> ist die Frage der Abgrenzung zwischen einem medical device (z.B. ein
>
> Thermometer) und einem didaktischen Auswertungsprogramm nicht aufgeführt:
>
>
>
> Wir vertreiben seit 2009 eine Applikation, die den Frauenzyklus bei richtiger Beobachtung ganz sicher auswertet. Wir können also die natürliche Verhütung unter dieser Zusatzbedingung garantieren, stehen aber auf dem Standpunkt, dass es sich bei
>
>
>
> sympto.org
>
>
>
> nicht um ein medizinisches Gerät handelt, sondern eben um ein didaktisches Hilfsmittel.
>
>
>
> Können Sie diese Auffassung teilen? Wo kann ich diesen Punkt abklären?
>
>
>
> Mit bestem Dank für Ihre werte Hilfe
>
> und fG
>
>
>
>
>
> —
>
> Dr. Harri Wettstein
>
> Secretary of SymptoTherm Foundation
>
> Sécheron 8 – 1132 Lully VD
>
> Switzerland
>
> phone +41 21 802 44 18 fax +41 21 802 37 35
>
> skype: sympto.ch
>
> sites: http://www.sympto.org, http://www.symptotherm.ch, Symptos.ch & harri-wettstein.de
>
>
>
>

„Natürliche Verhütung? – Völlig unsicher!“ Nicht gedruckter Zeit-Artikel

Dieses Vorurteil grassiert noch überall.

Dabei sollten Lernmanuale zur symptothermalen Methode in allen Kircheingängen ausliegen. Wenn die Kirche schon gegen die schädliche Verhütungspille ist, sollte sie doch wenigstens eine sichere Alternative vermitteln. Durch diesen ökologischen Einsatz hätte sie ihr in Sachen Verhütung stark angekratztes Image aufpolieren können. Weshalb tut sie das immer noch nicht? Wozu diese Selbstsabotage?
Der katholische Arzt Josef Rötzer, der Begründer der ersten symptothermalen Methode, hatte bereits vor dreissig Jahren das Effizienzproblem der natürlichen Verhütung gelöst. Da Sex während den unfruchtbaren Tagen zu keiner Schwangerschaft führt (und auch katholische Paare Sexualverkehr ohne Kinderwunsch haben dürfen), wäre endlich die den Katholiken angekreidete natalistische Familienpolitik überwunden. Eigentlich hätten alle Katholikinnen und auch sämtliche grün angehauchten Frauen diese Methode anstelle der gesundheitsschädigenden und zudem gewässerverschmutzenden Pille anwenden können. Sie tun es aber nicht, oder tun nur der gleichen.
Die Selbstsabotage entsteht einmal in der Verketzerung des Worts „Verhütung“; an dessen Stelle spricht die Kirche von natürlicher Empfängnisreglung bzw. Familienplanung. Paare dürfen, ja sollen „natürlich“ verhüten, aber das Wort „verhüten“ nicht gebrauchen. Es soll natürlich verhütet werden, es darf aber ja keine „Verhütungsmentalität“, auch bei stillenden Müttern (die zurzeit flächendeckend unnötig die Pille schlucken), aufkommen.
Dann dachte ich über Jahre, der Stein des Anstosses sei das Kondom. Die fruchtbare Phase des Frauenzyklus soll enthaltsam durchgestanden werden, damit die symptothermale Methode „rein“ bleibt. Kondome als Notlösung für Paare, die sich berufshalber nur ab und zu sehen, Studentenpaare, die in der Ausbildung unbedingt kein Kind verantworten wollen, junge Paare, die die Methode erlernen möchten: für alle sie sollte doch das Kondom die ideale Zwischen- bzw. Lernlösung sein! Der Mann wird nicht zum andauernden Kondomtragen verbannt und das Paar kann selbstverantwortlich entscheiden, wie es mit der fruchtbaren Phase umgehen will. Diese Argumente zählen aber alle nichts, weil dadurch „verhütet“ sprich, in Gottes Plan gepfuscht werde. Ich schöpfte grosse Hoffung, als Papst Benedikt neuerdings den Aidskranken und Menschen im Drogen- und Prostituiertenmilieu die Erlaubnis gab, das Kondom aus Schutz vor dem Leben zu verwenden. Nicht aber den treuen Paaren: die sollen weiterhin die fruchtbare Phase keusch erdulden. Eine Kondomerlaubnis, um seine Frau vor den schlimmen Nebenwirkungen der Pille zu schützen, passt offenbar nicht in das theologische Gehäuse.
Vor kurzem wurde mir endlich sonnenklar, wo der Wurm liegt: Da gibt es die völlig unsichere Kalendermethode, die angesichts der Fehlinformation unter den Frauen neuerdings auf den AppStores – leider – Furore macht, es gibt die etwas sicherere Temperatur- oder Schleimmethode, es gibt schliesslich die ganz sichere symptothermale Methode. Aber das Unsichere sei ebenso „moralisch“ wie das Sichere, sagt die Theologie. Hier liegt der wahre Grund, weshalb die Kirche den Frauen nicht sagen darf: „Das ist die beste Methode, wenn ihr nicht schwanger werden wollt.“ Es ist ihr vermutlich sehr peinlich, dass es eine sichere natürliche Methode gibt, sonst würde sie ja nicht unter den Scheffel gestellt. Die katholischen Paare sollen hingegen „frei entscheiden“ zwischen Temperatur-, Kalender-, Billings- oder symptothermalen Methode; keine dieser Methoden sei „moralisch besser“! Aber am besten ist es, gar nicht darüber zu reden (also keine Symptothermal-Manuale in den Kircheingängen auslegen) oder dann so, dass die symptothermale Methode als „schwierig“ ausgewiesen wird im Gegensatz zur „leichten“ Kalendermethode. Fazit: Die Paare sollen sich auf dem Hintergrund einer unethischen Informationspolitik „moralisch“ verhalten. Doch nur eine aufrichtige und ausführliche Information kann zu einer aufgeklärten Entscheidung führen. Abgesehen davon ist eine sichere symptothermale Methode, anthropologisch gesehen, oder ein geplatztes Kondom alleweil kinderfreundlicher als der Massenkonsum künstlicher Hormone, die die Frauen, immer mehr auch Teenagers, von ihrem Körper entfremden.

Dr. Harri Wettstein, Sekretär der SymptoTherm-Stiftung, CH-1132 Lully, Autor von „Den Geheimcode des Körpers kennen“, Frieling, Ethiker und Philosoph

Les mecs avec leur identité masculine en crise: indignez-vous!

Chers mecs!

J’ajoute une nouvelle rubrique pour les hommes qui tombent des nues parce que leur femme n’avale plus sa pilule sacro-sainte. Cela les déstabilise car tout d’un coup, ils sont devenus responsables du préservatif à mettre correctement pendant les phases fertiles ; leur parler d’abstinence qui s’installe sur « commande », c’est-à-dire dès l’arrivée de la fertilité de la femme, leur fait froid dans le dos. Ils perdent les pédales.

Tout comme les femmes, ils n’ont jamais entendu parler d’une contraception écologique fiable et ils n’y croient pas tout de suite, mais le pire pour eux c’est de tomber de leur piédestal de mec à identité masculine défaillante, influencée par le porno qui leur a modelé leur masculinité! Un mec c’est « une femme à genou devant sa bote qu’elle doit sucer. » On en est là. Réveillez-vous les mecs, ce n’est pas cela la masculinité. Indignez-vous de notre société et la santé publique qui vous cache ce savoir précieux. Vous pouvez agir, en recréant votre relation de couple sur un lien d’amour et non pas des hormones synthétiques qui en plus tuent la libido de la femme. (Ah, cela ne vous gène pas?)

Dites-moi franchement ce qui vous chiffonne quand votre bien-aimée ne prend plus la pilule/patch/anneau vaginal/stérilet.

Il faut qu’on en parle entre mecs. C’est cela, cette ignorance abyssale des choses essentielles, la vraie cause pour s’indigner dans notre société.

A bientôt

Harri